Le festival Elektricity 2013 en cinq temps forts

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 20/09/2013 à 17H46
La scène dressée sur le parvis de la Cathédrale de Reims, au Festival Elelektricity 2012.

La scène dressée sur le parvis de la Cathédrale de Reims, au Festival Elelektricity 2012.

© Axel Coeuret / Festival Elektricity

Fondé par Yuksek, producteur et parrain de la bouillonnante scène rémoise, le festival Elektricity dédié aux musiques électroniques et émergentes tient sa 11e édition du 20 au 28 septembre à Reims. Au menu : des concerts et une soirée clubbing avec 2 Many Dj's sur le parvis de la cathédrale, le lancement du label de Yuksek, un concert de Chilly Gonzales à l’Opéra, un marché de jeunes créateurs…

Voici 5 bonnes raisons d'y aller :

1. Deux ovnis en ouverture : la musique d’aquariums de RUY et le live de SONIC BOOM (Spacemen 3)
Quand ? Vendredi 20 septembre à 20h (entrée libre)
Où ? au Palais du Tau
Pour l’ouverture, la surprise est au rendez-vous avec deux objets sonores non identifiés. D’une part, Sonic Boom alias Peter Kember, fondateur avec Jason Pierce du groupe mythique Spacemen 3. Cette légende vivante présente à Elektricity son live solo entouré de projections vidéos, qui s’apparente plus à une expérience, à un voyage psychédélique, qu’à un concert ordinaire.
Le collectif RYU qui le précède est de la même trempe : le concert-performance de Gilles Laval et Yoko Higashi est basé sur des aquariums, qui deviennent instruments et écrans de diffusion. Le public est invité à participer à ces paysages sonores aquatiques en déambulant autour du dispositif et à s’y laisser couler…


2. Yuksek fête le lancement de son label Partyfine
Quand ? Samedi 21 septembre , 20h
Où ? A la Cartonnerie
« J’ai rencontré pas mal de gens qui n’ont pas de label et que j’aimerais accompagner », nous confiait déjà Yuksek, musicien et fondateur du festival, en juin 2012. « Je voudrais monter une structure, pas tout à fait un label, plutôt une espèce d’interface de managment-production pour les autres », ajoutait-il. C’est désormais chose faite avec Partyfine, label défricheur monté au printemps. Un label centré autour du studio rémois de Yuksek et de ses coups de cœur, souvent électro mais pas forcément. Et ça se fête.

Pour l’occasion, Yuksek invite sur ses terres des groupes qu’il apprécie particulièrement comme le proche de Daft Punk Dj Falcon, les jeunes rennais de Juveniles, le chanteur d’électro new wave Yan Wagner ainsi que les djs parisiens de Get a Room. Fine équipe…


3. Chilly Gonzales joue Piano Solo II
Quand ? Mercredi 25 septembre, 20h
Où ? à l’Opéra de Reims
Doit on encore présenter Chilly Gonzales ? Voir sur scène ce virtuose du piano bourré d’humour est un must toujours renouvelé.  En peignoir et charentaises, cet entertainer fantaisiste à la langue bien pendue (qui est aussi producteur et rappeur et qui a travaillé sur le dernier Daft Punk) présente les délicieuses mignatures au piano de son album « Piano Solo II ». Et se livre se faisant avec malice à un décortiquage en règle de son travail de composition. Savez vous pourquoi le mode majeur est de droite ? Chilly Gonzales vous le dira. La démonstration est comme toujours aussi édifiante qu’hilarante. Un show unique dont on sort avec la banane.


4. Simian Mobile Disco, Rone, Connan Mockasin, Is Tropical
Quand ? Vendredi 27 septembre, 19h 
Où ? Parvis de la Cathédrale
Le rock et l’électronique se donnent la main pour mettre le souk sur le parvis de la Cathédrale. Particulièrement attendue: la pop psychédélique et liquide du néo-zélandais Connan Mockasin à quelques semaines de la sortie de son très attendu second album (« Caramel », promis pour novembre).

A ne pas louper également: Rone, petit prodige français de l’électro dont la réputation ne cesse de grimper. Parisien exilé à Berlin, ses concerts sont toujours une fête, y compris visuelle grâce aux installations vidéos hypnotiques de son complice Ludovic Duprez. Et puis il y aura le rock des Britanniques Is Tropical, plus inégaux sur scène, et les stars Simian Mobile Disco, duo de dj’s et producteurs dont chaque apparition est un évènement.


5. Soirée clubbing avec 2 Many Dj’s, Breakbot et Panteros 666
Quand ? Samedi 28 septembre,  19h
Où ? Parvis de la cathédrale
+ After show « Silent Disco » à la Cartonnerie, 1h
Pour la soirée de clôture, le parvis de la cathédrale se transforme en dance-floor géant avec des pointures qui s’y entendent pour mettre le feu.
Panteros 666 (du collectif Club Cheval) ouvre le bal avec son électro décalée puis c’est Breakbot, fleuron du label Ed Banger, qui vient faire résonner sa disco-funk ensoleillée. Ne reste plus aux frères Dewaele, alias les efficaces 2 Many Dj’s, qu’à venir cueillir les clubbers avec leur télescopage savant de tueries dance-floor et de gros tubes mainstream. A partir de 1h du matin, les vrais clubbers se retrouvent à la Cartonnerie pour un after show très spécial en mode « Silent disco » : munis de casques dans lesquels est diffusée la set-list d’un dj, le public danse en silence de façon frénétique. Otez les casques, vous entendrez une mouche voler.

Le festival Elektricity c’est aussi un Sunday Market dédié aux jeunes créateurs, des animations pour le jeune public, un hommage à la papesse méconnue de la drone music Eliane Radigue, une exposition de guitares et d’amplis de légende...

Toute la programmation sur le site d'Elektricity