Le Dj new yorkais David Morales incarcéré puis libéré au Japon

Publié le 26/10/2018 à 16H36
Le Dj mythique David Morales a été arrêté et incarcéré brièvement au Japon en octobre 2018.

Le Dj mythique David Morales a été arrêté et incarcéré brièvement au Japon en octobre 2018.

© Steve Black / Rex Feature/SIPA

Le DJ américain David Morales avait été arrêté le 7 octobre dans un aéroport japonais sur soupçon de trafic de drogue. La douane avait découvert une minuscule quantité d'ecstasy dans son bagage à main. Il a finalement été libéré, a annoncé lundi son représentant.

David Morales dément tout trafic

"Nous sommes ravis de confirmer que David Morales a été relâché sans aucune inculpation", a précisé vendredi son représentant à Londres, dans un communiqué, sans préciser la date de cette libération.

Le dj de Brooklyn, connu pour ses sets de house music, avait été interpellé à l'aéroport de Fukuoka, dans le sud du Japon, après la découverte par un douanier de 0,3 gramme de MDMA (la substance active de l'ecstasy) dans ses affaires. "Il a été arrêté pour violation présumée de la loi sur le contrôle des stupéfiants et des psychotropes", avait annoncé la police.

D'après le journal Asahi Shimbun, il s'agissait de cinq granules d'ecstasy, soit 0,3 gramme, retrouvés dans son bagage cabine.Selon le journal Sankei Shimbun, le DJ âgé de 56 ans avait démenti tout trafic: "Ce n'est pas à moi. (Quelqu'un) a pu essayer de me piéger", avait-il déclaré.

Le Japon très répressif en matière de drogue

Remixeur de Michael Jackson, Mariah Carey, Aretha Franklin ou U2, le DJ, qui fut influent sur la scène new-yorkaise dans les années 1980 et 1990, a reçu en 1998 un Grammy de "meilleur remixer de l'année". Il devait se produire à Fukuoka (au club Bijou) et à Tokyo (Sound Museum Vision) les lendemain et surlendemain de son arrestation.

Le Japon a une politique antidrogue extrêmement répressive. La détention d'ecstasy à usage personnel, quelle que soit la quantité, est passible d'un maximum de sept ans de prison et une amende de trois millions de yens (22.800 euros).

En 1980, Paul McCartney avait passé neuf jours dans une prison de Tokyo après avoir été surpris à l'aéroport avec de la marijuana dans sa valise, probablement l'affaire de stupéfiants la plus célèbre au Japon.