La 17e Techno Parade endeuillée par un accident

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/09/2015 à 15H41, publié le 19/09/2015 à 15H50
La Techno Parade 2015, dans Paris (19 septembre 2015)

La Techno Parade 2015, dans Paris (19 septembre 2015)

© Thomas Samson / AFP

Un homme de 21 ans a fait une chute mortelle du haut de la statue de la République, qu'il avait escaladée, samedi à Paris pendant la 17e Techno Parade, a indiqué une source policière à Francetv Info. Des dizaines de milliers de jeunes ont participé à ce pèlerinage annuel pour la reconnaissance et la défense des musiques électroniques.

Après sa chute, le jeune homme a été pris en charge par les secours, mais il n'a pas pu être ranimé. Le drame s'est produit après la fin de la Techno parade. "Tous les chars avaient déjà quitté la place de la République", lieu d'arrivée du défilé, a précisé Tommy Vaudecranne, président de Technopol, qui organise l'événement dédié à la musique électronique.

Quatorze chars et leurs "sound systems" avec 60 DJs à l'affiche, avaient quitté Port-Royal peu après 13H00 pour un parcours de 5 km, qui empruntait les boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, jusqu'à République, pour une arrivée qui était prévue vers 19H00.

https://videos.francetv.fr/video/NI_487523@Culture


Des chars écolos aux énergies naturelles

D'après les organisateurs, avant le terrible accident qui a gâché la fête, plus de 350.000 personnes ont participé à la marche, placée aussi cette année sous le signe de l'écologie, avec plusieurs chars utilisant des énergies naturelles, avant la conférence mondiale sur le climat prévue en décembre à Paris (COP21).

"Je suis ici pour découvrir ces grands moments de rassemblements culturels des jeunes, ce qu'ils ont envie de partager comme émotions. Je ne demande pas aux gens de partager à 100% cette musique électronique, mais je les invite à écouter, à regarder ce qui est en train de s'inventer, les liens sociaux qui se créent", a indiqué à l'AFP le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone qui a assisté au défilé.

C'est la première fois dans l'histoire de la Techno Parade qu'un président de l'Assemblée nationale y participait. Cette année, la ministre de la culture Fleur Pellerin n'était pas présente, retenue par les Journées du Patrimoine, tandis que Jack Lang, à l'origine de cette grande fête techno, accompagnait au Maroc le président de la République François Hollande, se privant pour la première fois de l'événement.

Plusieurs fêtes techno annulées cette année

Réagissant à plusieurs annulations de fêtes techno en régions, dénoncées par l'association Technopol, qui milite pour la reconnaissance des musiques électroniques, Jack Lang, joint par téléphone avant de quitter Paris, a estimé qu'"il faut en finir avec ces excommunications et ces diabolisations".

"La Techno Parade contribue à faire reculer les préjugés et les ignorances, alors qu'il y a un extraordinaire renouveau de la musique électronique française, qui est une richesseé, a déclaré à l'AFP l'ancien ministre de la Culture. "Il faudrait que le gouvernement pousse un coup de gueule, tape du poing sur la table pour en finir avec ces verrouillages, qui n'existent nulle part ailleurs en Europe."

"Un projet de loi va être soumis au parlement avec comme premier article : +la création artistique est libre+. Il n'y a pas un milieu musical aussi responsable, ouvert, tolérant et pacifique que le mouvement techno", a ajouté Jack Lang.

La 17e Techno Parade présentait un panel de la scène electro, riche de multiples rythmes (house, dubstep, trans, drum'n bass...). Dans le cadre de l'année France-Corée, les DJs coréens Mushxxx, Soolee et DJ Guru, stars nationales, ont ouvert le défilé.