Grammy de l'album dance et électronique pour Kraftwerk, le premier en 50 ans d'existence

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/01/2018 à 11H24, publié le 29/01/2018 à 11H23
Kraftwerk en concert pour "3-D The Catalogue" en novembre 2017

Kraftwerk en concert pour "3-D The Catalogue" en novembre 2017

© Alessandro Bosio/PACIFIC /SIPA

Ce n'est pas la première fois que le légendaire groupe allemand de musique électronique Kraftwerk obtient un Grammy : il a été auréolé en 2014, pour la carrière. Mais ce dimanche 28 janvier, le groupe de Düsseldorf a décroché, près d'un demi-siècle après sa création, son premier Grammy Award dans la catégorie du meilleur album dance et électronique, pour son disque live "3-D The Catalogue".

Pour ce premier Grammy Award dans la catégorie du meilleur album dance et électronique pour Kraftwerk, aucun membre du groupe n'est venu recevoir la récompense sur la scène du Madison Square Garden de New York.

Primé, "3-D The Catalogue"

L'album live "3-D The Catalogue".est un enregistrement sonore accompagné d'un documentaire sur une série de concerts réalisés dans des grands musées du monde, notamment la Tate Modern à Londres ou le Museum of Modern Art (MoMA) de New York.
Lors du mixage, le son du public a cependant été effacé, afin que l'enregistrement ne comprenne que la musique jouée sur scène.
Des deux fondateurs, originaires de Düsseldorf (dans l'ouest de l'Allemagne), seul Ralf Hütter, aujourd'hui âgé de 71 ans, est encore de l'aventure. Florian Schneider, lui, s'est orienté vers d'autres sujets de recherche que la musique. Kraftwerk est considéré comme le groupe fondateur de la musique électronique, qui dès le tout début des années 70 a utilisé des synthétiseurs, des vocodeurs (dispositif de traitement de la voix) et des machines de son invention, mais aussi des arrangements minimalistes et des boucles rythmiques répétées inlassablement.

Un groupe aux immenses succès, de Autobahn à "Trans Europe Express" 

Ses membres avaient expliqué qu'ils souhaitaient faire de la musique davantage comme des machines que comme des êtres humains, allant jusqu'à se faire passer pour des robots sur scène ou dans leurs vidéos. Il leur est aussi arrivé de présenter de vrais robots à leur image sur scène. Malgré tout, leur musique était éminement mélodique et laissait de la place à la voix et au chant.
Cette musique révolutionnaire a rapidement connu un vrai succès commercial, l'album "Autobahn" (1974) flirant avec la tête des ventes dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis.
Plusieurs de ses titres, notamment "Autobahn", "The Robots", "The Model" ou "Trans Europe Express" sont devenus de grands classiques de la musique électronique.