Gonzales sort une suite à son merveilleux "Piano Solo"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 29/08/2012 à 11H02
Chilly Gonzales

Chilly Gonzales

© Droits réservés

Il y a 8 ans (déjà !) le musicien canadien le plus eclectique et le plus prolifique de sa génération sortait "Piano Solo". Le rappeur, crooner, producteur, collaborateur de Feist, Daft Punk, Jane Birkin, Boys Noize ou Philippe Katerine révélait alors une facette inédite : celle de pianiste accompli et de fin mélodiste. Depuis, les miniatures intimistes au piano de Chilly Gonzales, souvent comparées à celles d'Erik Satie, ont fait le tour du monde et illustré nombre de publicités - celle de l'Ipad notamment. La bonne nouvelle c'est la sortie cette semaine de "Piano Solo II". Si vous avez adoré le premier, vous aimerez forcément le second.

Ce second volume, enregistré aux Studios Pigalle à Paris en décembre 2011, est une suite naturelle du premier. Durant dix jours, Chilly Gonzales a enregistré une sélection de 14 titres de moins de trois minutes chacun, sélectionnés parmi la centaine de morceaux composés depuis 8 ans.

Attention, "Piano Solo II" semble au premier abord un poil moins inspiré que son prédécesseur. Ne vous fiez pas à cette impression. Si "Piano Solo II" fait un peu moins écho à Satie et reflète aussi son amour pour le jazz ou Chopin ("Evolving Doors"), il recèle encore assez de perles pour faire un collier. Dès la troisième écoute, sachez-le, vous serez à nouveau sous le charme.

Un medley de "Piano Solo II"

Le romantisme irrésistible et délicieusement désuet de "Rideaux lunaires" et de "Othello" la délicatesse de "Minor Fantasy",  la tendresse de "Epigram in E", la mélancolie comtemplative de "Venetian Blinds" et le cinématique "Train of Thought" vous feront bientôt frissonner de bonheur.

Comme son prédecesseur, "Piano Solo II" est un album sensible, rétro et profondément apaisant. Une oeuvre capable d'ouvrir quelques fenêtres intimes et autant de sourires intérieurs dans le cerveau de chacun. Une bulle de douceur qui prend son temps dans un monde pressé, clignotant. Et qui n'oublie jamais la petite touche d'humour - ici une cavalcade sur le clavier qui rappelle le style de Harpo Marx, là le bruit de son pied cognant la pédale du piano.

La magie c'est aussi cette impression de connaître ces morceaux depuis toujours et d'avoir instantanément la conviction que ces mélodies vont nous accompagner longtemps (y compris dans les réclames, et ça c'est le revers de la médaille...). 

"Othello" extrait de "Piano Solo II"
On le sait, Chilly Gonzales est aussi un entertainer de génie : en 2009 il a battu le record du monde du plus long concert au piano, un pari absurde avec lui-même qui l'a fait tenir 27 heures et 3 minutes non stop penché sur le clavier et dialoguant avec le public, en pyjama, robe de chambre et pantoufles.

Ce maître de l'improvisation est en concert les 14, 16 et 17 octobre à La Gaîté Lyrique (Paris), avant de s'envoler pour le prestigieux Barbican Hall de Londres. Inratable.

"Solo Piano II" de Gonzales (Wagram) est sorti le 27 août 2012