Eté studieux pour Laurent Garnier qui "rentre en studio"

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 16/07/2013 à 14H10, publié le 12/07/2013 à 17H21
Laurent Garnier

Laurent Garnier

© Droits réservés

L’hyperactif Laurent Garnier est toujours au four et au moulin. A peine le temps de souffler à l’issue de la première édition début juin du festival Yeah ! qu’il a co-fondé avec deux amis à Lourmarin que le dj repart au front : musique, livre, BD… L’été, mais aussi la rentrée, promettent d’être chargés.

Quoi de neuf ?
J’ai ajouté un nouveau chapitre à « Electrochoc » (sa biographie sous forme d’histoire intime de la musique électronique parue en 2003) et le livre ressort en octobre pour ses 10 ans. A l’occasion de la traduction anglaise, qui est fin prête, nous (Laurent Garnier et son co-auteur David Brun-Lambert) avions proposé à Flammarion d’ajouter une quinzaine de pages. Mais l’éditeur nous a demandé d’écrire davantage car ils ont déjà vendu plus de 15.000 exemplaires du livre en France, ce qui est un vrai succès.

Ce nouveau chapitre d'une centaine de pages, que je viens tout juste de finaliser, est super beau pour moi. Parce que si nous avions raconté dans Electrochoc l’histoire  telle qu’elle est, sans se poser de question, sur ce dernier chapitre on s’en pose énormément !  On se demande notamment comment durer  dans un monde où tout change et où tout s’accélère, des questions qu’on ne se pose pas quand on a 20 ou 30 ans.
 
C’est un chapitre beaucoup plus intime, il y a un gros passage sur Berlin et on parle pas mal de New York. On a interviewé James Murphy (LCD Soundsystem, label DFA) , mais aussi David Guetta car qu’on le veuille ou non, il a changé beaucoup de choses dans le monde de la musique aux Etats-Unis : sans lui, ils écouteraient encore du R&B sur les radios, donc on raconte aussi cette histoire sans la juger. On a aussi interviewé François K, Pedro Winter de Ed Banger, on parle de l’arrivée d’internet, du MP3, des boutiques qui se sont cassées la gueule, du vinyle qui s’est cassé la gueule, de toute la nouvelle génération française et internationale.
"Electrochoc" de Laurent Garnier et David Brun-Lambert sorti en 2003.

"Electrochoc" de Laurent Garnier et David Brun-Lambert sorti en 2003.

© Flammarion
Qu’en est-il de l’adaptation filmée d’Electrochoc ?
On avance. J’ai écrit tout le scénario du film, on a rendu la version 1 qui nous plaît, celle qu’on valide, mais après, il y a encore du boulot…

Il est question également d’une bande dessinée ?
Oui, en parallèle, une BD sort chez Dargaud. C’est très beau, c’est un roman graphique, qui traite des 10-12 premières années de la musique électronique. C’est traité comme une interview, comme si une fille m’interviewait dans un studio de radio. Quand je me mets à raconter, on s’en va dans ces endroits là. On parle de Detroit, de Chicago, de l’acid-house, de l’Angleterre, de Manchester, on parle de Paris, de la rue Keller, de TSF, des boutiques de disques, de Berlin, on a une discussion avec Maurizio, les dessins sont sublimes. On rêve beaucoup plus que dans Electrochoc. C’est un tiers de rêves et de sentiments et de mots posés comme ça, ça fait un peu plus intello et poétique qu’Electrochoc. Les dessins sont signés de Laurent Bonneau, qui a fait Metropolitan Trilogie, et les textes sont de Mathilde Ramadier.
Laurent Garnier au Sonar 2013, réalisation et images signées Fabien Pouillault
Côté musique, où en es-tu ?
J'ai travaillé d'arrache-pied sur la musique du nouveau spectacle de (la danseuse et chorégraphe) Marie-Claude Pietragalla, « Monsieur et madame rêvent ». Je viens de terminer et elle est déjà en train de tourner avec. Il y a un morceau écrit pour elle, assez dance-floor, qu’on va sans doute filer et puis là, ça y est, je rentre en studio. Je vais faire de la musique avec dans l’idée d’avoir de nouveaux morceaux pour l’année prochaine, un album ou des maxis, je ne sais pas. Je voudrais aussi avoir un live de prêt pour la fin de l’année ou le début 2014.

Il y a un an tu me disais que tu voulais faire un beau Live, qui serait peut-être pour toi le dernier de cette envergure…
Disons que je réfléchis à quelque chose qui ait un peu de gueule mais j’ai moins la folie des grandeurs que l’an dernier. Parce que je trouve qu’on est actuellement dans une surenchère de bruit et de lumière, genre je t’en mets plein la vue. Du coup, je me demande si revenir à des choses plus simples ce n’est pas une bonne chose aussi. En tout cas je vais éviter de l’aborder comme un gros bordel, je vais chercher à en faire un truc un peu plus intimiste.
 
Tu partirais seul pour ce live ?
Non, sûrement avec Stéphane (Scan X) et Ben (Benjamin Ripert) (c'est-à-dire LBS crew).
L’an dernier tu me disais que Benjamin Ripert, malade, ne pourrait probablement plus repartir en tournée…
Oui je sais, mais apparemment tout va bien, c’est ce qu’il me dit. Il a l’air d’avoir beaucoup travaillé sur lui. Il a recommencé à fumer mais apparemment il est prêt.  
Les prochaines dates de Laurent Garnier (seul en Dj Set):

Dj Set au Sucre (Lyon) Vendredi  12 juillet

Dj Set à T in the Park ( G-B) 13 juillet
Dj Set à Terrassa (Paris) Dimanche 14 juillet
Dj Set au Space (Ibiza, Esp) Mardi 16 juillet