Dj Mehdi est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 19/09/2011 à 18H13
Dj Mehdi

Dj Mehdi

© Tous droits réservés

Le dj et producteur français, fer de lance du label électronique français Ed Banger, est mort le 13 septembre 2011. Dj Mehdi a été victime dans la nuit d'un dramatique accident (la chute d'une mezzanine, d'un toit ou d'une verrière, selon les sources) à son domicile parisien, où il se trouvait avec plusieurs amis, dont Riton, son complice au sein du groupe Carte Blanche.

Le Dj Cut Killer a été le premier à tweeter l'information. "Dj Mehdi !!! il n'y a pas de mots pour vous dire la peine que je ressens... un ami s'en va repose en paix fréro", a-t-il écrit.

Eteignant finalement tous les espoirs, le label Ed Banger a publié sur son site un communiqué confirmant la disparition du musicien, qui laisse un petit garçon âgé de 6 ans, fruit de son union avec la dessinatrice Fafi. Le Social Club a fermé ses portes le soir même pour "une soirée de silence" en hommage à l'artiste.

Passées la stupeur et l'incrédulité, des centaines de fans et d'artistes, y compris américains (notamment Flying Lotus, Dj Premier, ATrak, Peanut Butter Wolf et Stretch Armstrong) se désolaient sur Twitter le 13 septembre dans l'après-midi de la perte d'un Dj doué et passeur musical sans oeillères, et d'un camarade chaleureux, intègre et enthousiaste, fauché si brutalement, à l'âge de 34 ans.

Plus tard, Riton a tenu à faire savoir sur son compte Twitter que "nous étions tous pliés de rire 1/2 seconde avant l'accident". Petite consolation, Dj Mehdi s'en est donc allé le sourire aux lèvres...

Le ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand a rendu hommage  dans un communiqué à "l'un des artistes les plus dynamiques et inspirés de la jeune scène française du Hip-Hop et de l'Electro", "magicien des platines mais aussi producteur audacieux, virtuose du métissage de genres musicaux".

Une figure du hip-hop et de l'électro
Né à Gennevilliers, Dj Mehdi,  de son vrai nom Mehdi Favéris-Essadi, d'origine tunisienne, avait fait ses premiers pas dans le hip-hop auprès du mythique groupe Ideal J puis du 113, dont il avait produit plusieurs albums et notamment "Les Princes de la Ville" (2000) récompensé aux Victoires de la musique.

Grâce à certaines rencontres, comme celle de Philippe Zdar de Cassius, et à son ouverture musicale naturelle, il avait pris un virage plus électro en solo à l'aube du nouveau millénaire, entamé dès 2002 avec l'album "(The Story of) Espion".

Il avait signé en 2006 sur le label Ed Banger de son ami Pedro Winter, dont il était très proche. Au sein de ce label, qui réunit notamment Justice, Mr Oizo, Cassius et Uffie, DjMehdi avait explosé avec l'album "Lucky Boy" puis "Red Black and Blue" en 2009.

"J'ai l'impression d'appartenir au mouvement hip-hop en général, parce que je suis dedans depuis tellement jeune. Pour (...) la French Touch, il s'agit de rencontres. C'était des gens que j'aimais bien et à ce titre je me suis intéressé à leur musique et elle m'a aussi plu. Et c'est comme ça que j'en suis arrivé à m'intéresser autant à la musique électronique en général qu'au rap qui était ma musique de prédiléction", expliquait-il.

Il avait sorti en début d'année avec Pedro Winter la compilation  "Let the children techno", à l'occasion des huit ans du label Ed Banger. Il s'était aussi allié à l'Anglais Riton pour le duo Carte Blanche qui a sorti l'an passé le ep "Black Billionnaires".

Ces prochaines semaines, il était attendu aux platines dans différents lieux, notamment au N.A.M.E festival (Lille) et à la soirée électro du Grand Palais (Paris) avec Carte Blanche. Samedi 17 septembre au matin, dans une atmosphère de recueillement, toute la famille de l'électronique et du hip-hop français, soit près de 500 personnes, l'ont accompagné dans sa dernière demeure au cimetière du Père Lachaise. R.I.P.

"I AM Somebody" de Dj Mehdi

"Gare du Nord" de Carte Blanche (Dj Mehdi + Riton)