Bruce Springsteen : 7 choses à retenir avant Bercy

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 03/07/2012 à 19H36
Bruce Springsteen sur scène à Milan le 17 mai 2012.

Bruce Springsteen sur scène à Milan le 17 mai 2012.

© Geoffrey Robinson/Rex/REX/SIPA

Après Montpellier à la mi-juin, Bruce Springsteen investit le Palais Omnisports de Bercy mercredi et jeudi. "Le Boss", comme le surnomment affectueusement ses fans, n'était plus revenu en France depuis 2009, où il avait donné son unique concert dans le cadre du "Working on a dream tour", en tête d'affiche des Vieilles Charrues. En 2012, sa cote d'amour est telle que les trois dates sont complètes depuis des mois, et ce avant même la sortie de son dernier album "Wrecking ball".

1. Pas que l'album. Sur cette tournée, Springsteen est censé défendre "Wrecking Ball", son dernier disque paru en mars 2012. Un disque très politique inspiré par la crise financière de 2008, dans lequel le natif du New Jersey exprime sa colère et son amertume face à la crise, à la cupidité des puissants, à la paupérisation de la classe ouvrière et au naufrage de "l'American Dream". Mais comme à son habitude, le Boss pioche aussi très largement dans son répertoire passé afin de donner chaque soir un concert différent. Une façon d'insuffler davantage d'optimisme dans son show et de combler ses fans.

2. A 62 ans, "le boss" semble plus épanoui que jamais. Il est beau comme un astre, fait de l'humour et semble prendre un plaisir fou à cette tournée entamée à Atlanta (Etats-Unis) à la mi-mars. Les critiques le décrivent comme plus heureux et cabotin que jamais, le comparant sur sa partition soul au Robert de Niro de "Raging Bull". 

Bruce Springsteen à Montpellier cabotine en intro de "Tenth Avenue Freeze Out" puis se mêle à la foule, le 19 juin 2012

3. Ce n'est plus un groupe mais un Big Band. Sur scène, Bruce est toujours accompagné de son fidèle E-Street Band. Mais le "Boss" a recruté en supplément trois choristes et une section de cinq cuivres sur cette tournée : ce qui fait pas moins de 16 personnes sur scène à diriger. Une armée qui lui permet d'explorer ses différentes influences et de revenir sur les multiples facettes de sa musique : rock, blues, soul, gospel, folk...

4. Qui remplace Clarence Clemons, le saxophoniste historique et pilier du groupe, disparu l'an passé ? Personne dans l'absolu bien sûr puisqu'il est irremplaçable. Mais Springsteen a prévu pour palier son manque une section de cinq cuivres, dont deux saxophonistes. L'heure est venue pour l'un d'eux de prendre la relève : Jake Clemons, neveu de Clarence. Les témoins de la tournée affirment qu'il brille notamment sur les classiques où son oncle excellait en solo: "Badlands", "Thunder Road" et autre "Promised Land".

5. Toujours des concerts marathon. On le sait, le "Boss" est une vraie bête de scène qui ne compte pas son temps sur les planches. A 62 ans, il continue d'honorer sa réputation avec des concerts marathon qui font rarement moins de 3 heures. En mai dernier, il a même battu son record personnel : à Madrid, il a tenu sur scène 3h48 !
Bruce Springsteen taquine Steve Van Zandt sur scène.

Bruce Springsteen taquine Steve Van Zandt sur scène.

© Geoffrey Robinson/Rex/REX/SIPA
6. Bruce a une opinion sur la récente élection présidentielle française. A la question «Que pensez-vous de l’élection de François Hollande à la présidence de la République ?», il répond qu'il s'agit d'«Une bonne chose, car il faut de la croissance pour s’en sortir. »

7. Les précieux conseils du Boss. Juste avant le coup d'envoi de sa tournée mi-mars, Bruce Springsteen a donné une conférence passionnante au festival SXSW (Texas). Aux jeunes musiciens de l'assistance, il a lancé : "Ouvrez vos oreilles et ouvrez vos coeurs. Ne vous prenez pas trop au sérieux, et prenez vous plus au sérieux que la mort elle-même. Ne vous inquiétez pas. Inquiétez vous comme jamais. Soyez ultra confiants, mais doutez. Cela vous garde éveillé et alerte. Croyez que vous êtes le meilleur de la ville - et que vous êtes nuls. Cela vous permet de rester honnête."

"Soyez capables de poursuivre deux idéaux totalement opposés dans vos têtes et dans vos coeurs en permanence. Si ça ne vous rend pas fou, cela vous rendra fort. Et, a-t-il ajouté, restez affamés et restez vivants. Et quand vous arriverez sur scène ce soir pour mettre le feu, faites comme si c'était tout que vous aviez - et souvenez-vous, it's only rock'n'roll."

Bruce Springsteen joue "Twist and Shout" à l'ïle de Wight fin juin 2012