Alt-J, la nouvelle vague pop

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/10/2013 à 14H29, publié le 01/08/2012 à 09H49
Alt-J, sur la scène du festival Fnac Live le 21 juillet à Paris

Alt-J, sur la scène du festival Fnac Live le 21 juillet à Paris

© S.Edmond/SIPA

Musique envoûtante et visuels psychédéliques : le premier album des Alt-J, sorti en juin, est une réussite. Depuis, le jeune groupe britannique surfe sur «An Awesome Wave», une vague impressionnante (comme le titre de leur opus).

Oui, ils ont choisi un symbole en guise de nom : le triangle, et son raccourci clavier Alt-J qui permet d'obtenir ce ∆ sur les touches d'un Mac. Cette forme géométrique est aussi la quatrième lettre de l'alphabet grec et le symbole du changement en algèbre. Mais ce n'est franchement pas ce sur quoi il faut s'attarder.

Alors, une fois cette énigme levée, on s’empresse d’apprécier ce premier album de Joe Newman, Gus Unger-Hamilton, Gwil Sainsbury et Thom Green, quatre britanniques dans le vent.

Découverts grâce à l’une des radios Deezer et propulsés sur le devant de la scène grâce aux réseaux sociaux, Alt-J sort son premier album en juin dernier. Les treize morceaux nous transportent dans un univers entêtant. Il parait que c’est de « l’indie pop » mais difficile de ranger le groupe dans une case tant il mélange avec brio les genres.

Un départ a capella sur « Fitzpleasure », des percussions et synthés sur le rythmé « Breezeblocks » et des harmonies vocales dans le planant « Taro ».

Le triangle ∆, symbole du groupe britannique

Le triangle ∆, symbole du groupe britannique

© Alt-J
Alt-J multiplie les ruptures de ton et de rythme. Comme si au fil de la chanson, les notes rebondissaient sur les angles de leur fameux triangle. Leurs références ? Alt-J citent Radiohead, la musique de la Renaissance et le vieux folk anglais.

"En refusant de se soumettre aux rigueurs d'un genre, ils ont peut-être réussi à devenir maîtres du leur", a écrit le NME, la bible anglaise du rock. Nous, on sort de cette écoute comme sonné, et séduit par ces mélodies limpides tout droit venues de la planète ∆.

Et derrière ces incantations ensorcelantes, se cachent de multiples références au monde de l’art. Les quatre garçons se sont d’ailleurs rencontrés sur les bancs des Beaux-Arts.

« An awesome wave », le titre de l’album, est une citation tirée d’ « American Psycho » de Bret Easton Ellis, le morceau « Mathilda » est un hommage au film « Léon » de Luc Besson tandis qu’une majeure partie des paroles sont inspirées de la littérature. Alt-J évoquent en exemple Maurice Sendak et Hubert Selby Jr.

Dernière preuve : le tout récent clip Tessellate, réalisé par Alex Southam. Si les bad boys et les bimbos ont remplacé les penseurs antiques Platon, Pythagore et Socrate, le décor reprend à l’identique celui de la fresque « L’Ecole d’Athènes » du peintre italien Raphaël.

Un jeune groupe à ajouter rapidement à vos playlists de l’été !

Cinq morceaux à découvrir