Ai Weiwei succombe au "Gangnam Style"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/10/2012 à 09H34
Ai Weiwei salue ses supporters,  le 23 juin 2011 à Pékin.

Ai Weiwei salue ses supporters, le 23 juin 2011 à Pékin.

© PETER PARKS / AFP

L'artiste dissident chinois Ai Weiwei a succombé à son tour à la mode du tube sud-coréen "Gangnam Style", publiant mercredi sur internet sa propre parodie du tube de Psy, numéro deux du Top 100 du magazine Billboard pour la cinquième semaine.

Ai Weiwei, 55 ans, dont le passeport a été confisqué par les autorités de Pékin, rejoint ainsi les cohortes de jeunes mariés, de détenus, de fans du second degré et d'illustres inconnus, qui ont déjà repris sur internet la chorégraphie délirante du chanteur sud-coréen. Dans sa vidéo, l'artiste exhibe une paire de menottes, une référence sans doute à ses démêlés avec la justice de son pays.

Le peintre, sculpteur, photographe et plasiticien est une des cibles de son gouvernement. Il a été détenu l'an dernier d'avril à juin avant de vivre sous surveillance et fait actuellement face à un énorme redressement fiscal de 1,7
million d'euros. Son atelier, Fake Cultural Development, pourrait être fermé, selon son avocat, pour cause de tracasseries administratives.

Park Jae-Sang, alias Psy, 34 ans, a conquis des millions de personnes dans le monde avec "Gangnam style" et sa chorégraphie drôlatique créée sur une musique techno-pop. Le clip a été visionné plus de 530 millions de fois depuis sa mise en ligne sur YouTube le 15 juillet.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, lui aussi sud-coréen, avait début octobre également fait part de son enthousiasme pour le tube de son compatriote, dont il avait confié avoir vu le clip "plusieurs fois".