Didier Lockwood : de Coutances à La Rochelle, le jazz en partage d'un "virtuose grand public"

@Culturebox

Rédacteur en chef adjoint de Culturebox

Mis à jour le 20/02/2018 à 14H52, publié le 20/02/2018 à 13H04
Didier Lockwood 

Didier Lockwood 

© Paul CHARBIT / CrowdSpark

Le monde du jazz est sous le choc du décès brutal de Didier Lockwood. Le violoniste qui a joué avec les plus grands sur les scènes du monde entier aimait partager sa passion avec le public et les apprentis musiciens de l'hexagone. De Calais à Besançon, de Coutances à La Rochelle, le virtuose a marqué les esprits par sa générosité, son ouverture d'esprit et son sens du partage.

Calais, là où tout a commencé

Calais était fière d'avoir vu naître Didier Lockwood. À tel point qu'un auditorium porte ici son nom. C'est ici qu'il a appris la musique. À l'annonce du décès du violoniste, quatre musiciens se sont retrouvés sur la scène pour lui rendre un hommage musical. "Il y a quelques mois il est venu jouer ici", se souvient Frédéric Matte, professeur de musique. "Ses notes résonnent encore."

Didier Lockwood était venu inaugurer l'auditorium et il effectuait des visites surprises à Calais. Clément Demont, batteur, a suivi un cours du maître il y a quelques années : "Il était là pour partager quelque chose. Ce qu'il savait faire, il voulait juste le donner." "Il a joué avec les plus grands mais ne nous a jamais oubliés", prolonge, émue, Céline Pottiez, une violoniste.

Reportage France 3 Nord Pas-de-Calais : A. Hanquet / F. Bellouti / A. Maquet

https://videos.francetv.fr/video/NI_1189123@Culture

Souvenirs sous les pommiers

Didier Lockwood pouvait jouer dans tous les registres musicaux. La Normandie peut en témoigner, pour l'avoir entendu dans un concert classique à Regnéville-sur-Mer (Manche) en 2002. Mais c'est à Coutances que l'on a en mémoire son dernier passage à Jazz sous les Pommiers. C'était en 2015 : "Il a fait un spectacle avec un danseur indien, avec des musiciens du monde. C'était un musicien très ouvert et très généreux sur scène", se souvient Denis Le bas, le directeur du festival. "Son rapport au public explique qu'il ait été aussi populaire."

C'était un virtuose grand public. Les gens savaient qu'ils allaient passer avec lui un moment de partage. Un vrai grand moment de musique


Reportage France 3 Normandie : S. Lemaire / J. Hamard / M. Michel / X. Gerard

https://videos.francetv.fr/video/NI_1189057@Culture

La disparition de Didier laisse un trou béant énorme dans l'espace qu'il occupait dans le jazz français et la musique en général"

Sébastien Vidal
Directeur de l'antenne et des programmes TSF Jazz


Stéphane Grappelli avait fait de lui son "poulain" et l'avait présenté aux géants du jazz comme Michel Petrucciani, Herbie Hancock ou Miles Davis. En 40 ans, Didier Lockwood a exploré tous les styles musicaux.

La passion de la transmission

En 2001, il avait créé son école d'improvisation musicale à Dammarie-les-Lys. Une école qui lui correspondait, estime Benoît Sourisse qui en est le co-directeur pédagogique : "Didier c'est un improvisateur, dans sa vie, dans sa musique. Il se levait le matin et disait : Je fais quoi ? Comment ça se passe? Tout était comme ça, c'était un artiste, un vrai."

Reportage France 3 Paris Île-de-France :  N. Cohen / M. Tafnil / N. Gallet

https://videos.francetv.fr/video/NI_1188999@Culture

La musique en partage

Didier Lockwood aimait prendre ses quartiers d'été en Poitou-Charentes où on pouvait le croiser sur l'Île de Ré, à La Rochelle ou à Rochefort. Il a donné de nombreux concerts dans des festivals comme "Jazzellerault" dans la Vienne ou "Musiques métisses" en Charente. Le  batteur de jazz Hervé Joubert a du mal à cacher son émotion : "Didier c'était la musique avant tout, le partage avant tout. Je me souviens d'un duo batterie-violon avec lui pendant plus de quatre minutes. C'était au taquet ! Il donnait sans retenue. C'était colossal, énorme."

En 2005, Didier Lockwood est devenu le parrain de "Jazz In Août", puis en 2012, il a pris la direction artistique du festival "Jazz entre les Deux Tours" à La Rochelle où le musicien rêvait de s'installer. L'édition 2018 du festival, en octobre prochain, lui rendra un vibrant hommage.

Reportage France 3 Poitou-Charentes : J. Vilain / T. Chapuzot / M. Sitaud

https://videos.francetv.fr/video/NI_1189011@Culture

Ouvert à tous les styles

Du fait de sa générosité et de sa renommée, Didier Lockwood était très souvent sollicité par les festivals. Il avait ainsi accepté de parrainer l'édition 2018 du Festival International de Musique Universitaire de Belfort. Son directeur Matthieu Spiegel lui rend hommage : "C'est un violoniste virtuose mais au delà de ça c'est un violoniste qui a une ouverture sur toutes les esthétiques musicales, qui correspondait complètement à l'image plurielle du FIMU." L'émotion est grande aussi au conservatoire de Belfort où un projet était en cours avec le musicien.

Reportage France 3 Franche-Comté : V. Hirson / M. Meuneveaux / M. Goisseaud / M. Blanc

https://videos.francetv.fr/video/NI_1189083@Culture