Le conservatoire de Lyon forme les Vladimir Cosma et Maurice Jarre de demain

Par @Culturebox
Publié le 22/11/2017 à 15H07
Compositeur de musiques de film : un métier qui allie à la fois l'art et la technique 

Compositeur de musiques de film : un métier qui allie à la fois l'art et la technique 

© France 3 / Culturebox

Ils aiment autant le cinéma que la musique et par leur talent et quelques notes ils arrivent à mettre du rêve sur les images. Compositeur de musique de film c'est un métier qui s'apprend via un master "composition pour l'image" au conservatoire national supérieur de musique de Lyon. Une formation unique en France qui dure entre 3 et 5 ans.

Que serait un film sans musique ? Une succession de séquences qui raconteraient sans doute une autre histoire. Car lorsque le 4e et le 7e art se croisent, le résultat laisse des souvenirs impérissables aux passionnés de cinéma et de musique. Derrière les manettes de la boite à rêves, le compositeur de musique de film. Un métier qui s'apprend au Conservatoire National de Musique de Lyon dans le master de "Composition  pour l'image". 

Reportage : J. Sauvadon / J. Adde / D. Mollard

https://videos.francetv.fr/video/NI_1127151@Culture


La formation du CNSMD de Lyon est très convoitée.Chaque année, 40 candidats se bousculent pour intégrer ce cursus. Or seulement deux candidats sont retenus. Principal critère de sélection : avoir bien entendu une sensibilité toute particulière pour l'image.

De l'art à la technologie

On l'imagine durant des nuits avec son instrument de prédilection chercher les meilleurs accords pour coller aux images d'une séquence, mais aujourd'hui le compositeur de musiques de film passe aussi beaucoup de temps derrière les machines. S'il a gardé sa verve artistique, les conditions de production, plus rapides qu'avant, l'ont obligé à se diversifier dans les savoir-faire. Il doit à la fois maîtriser son instrument et une quantité d'autres techniques: l'arrangement, l'orchestration ainsi que la réalisation sonore. "Il y a deux défis dans le métier : trouver la bonne synchonisation et assurer la rencontre entre la musique et l'image et transmettre les intentions aux instrumentistes", explique Julien Bellanger, étudiant en 4e année de Master "Musique à l'image".
julien bellanger lors d'une répétition © France 3 / Culturebox
Le compositeur doit aussi maîtriser l'informatique musicale et avoir une connaissance approfondie des logiciels. Il réalise des enregistrements en qualité professionnelle, connait le mixage et les normes de diffusion, expliquait  Patrick Sigwalt, compositeur et secrétaire général de l’Union des Compositeurs de Musique de Films dans une interview à l'Huffington Post. 

Des musiques devenues aussi cultes que les films

Si l'on vous dit : "Star Wars, "Le bon, la Brute et le Truand", "Titanic" mais aussi "Le Roi Lion", "Goldfinger" ou  "L’Affaire Thomas Crown", votre cerveau superpose aux images des mélodies. Les séquences deviennent mythiques et constituent l’identité sonore du film, de la série et même du jeu vidéo.
Pour créer ces musiques cultes, John Williams, Ennio Morricone, James Horner, Hans Zimmer, John Barry et Michel Legrand ont travaillé de concert avec le réalisateur. Une symbiose entre deux univers qui, une fois réunis, peuvent atteindre des sommets. "Pour chaque projet on dépend d'un réalisateur qui vient avec ses intentions qu'il faut s'approprier tout en restant personnel", rapporte Thibault Cohade, étudiant en 4e année de Master "Musique à l'image"
 
-> A lire aussi l'interview de Thierry Jousse par Jacky Bornet 

Faire danser les images

Depuis l'invention du cinéma, la musique est un élément essentiel du film voire même indispensable. Dans les premiers films muets elle est jouée en direct dans la salle et soutient les émotions des acteurs. Une pratique qui revient sur le devant de la scène avec la multiplication des ciné-concerts. 

Séance de travail © CNSMD

En répondant à une commande précise, les compositeurs apportent une autre clé de compréhension du film. "Le compositeur pour l'image doit avoir une lecture du sens de l'image et des mouvements de caméras, des lumières, des couleurs, il ne suffit pas de coller une musique sur une image", précise Gilles Alonzo, enseignant. Qu'elle soit diégétique ou extradiégétique (intégrée ou rajoutée à l'action de la séquence), orchestrale ou plus discrète, la musique est un personnage à part entière et laisse parfois plus de souvenirs que les acteurs du générique.