Véronique Sanson tourne avec "Dignes, dingues, donc" : "C'est beaucoup plus intéressant d'écrire des douleurs"

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/10/2017 à 15H22, publié le 23/10/2017 à 14H28
Véronique Sanson invitée sur le plateau de France 2 pour sa tournée "Digne, Dingue, Donc"

Véronique Sanson invitée sur le plateau de France 2 pour sa tournée "Digne, Dingue, Donc"

© France 2 / Culturebox

Véronique Sanson revient sur le devant de la scène avec une tournée dans toute la France pour fêter son quinzième album studio sorti il y a tout juste un an. Joyeusement intitulée "Dignes, dingues, donc" (comme l'album), sa tournée passera par l'Olympia du 15 au 23 décembre 2017.

Elle se raconte en chansons depuis près de 50 ans. Véronique Sanson est de retour avec un nouvel album. "Dignes, Dingues, Donc", qui résume en trois mots la vie de cette "éternelle Amoureuse, chérie des Français". L’auteure-compositeure-interprète de plus de 200 morceaux était l'invitée de Thomas Sotto dans 20h30 le Dimanche, le 19 octobre dernier. En fin d'émission, elle est rejointe par celle qui est considérée par beaucoup comme la "nouvelle Véronique Sanson" : Juliette Armanet. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1105531@Culture

Depuis ses débuts dans la chanson française, Véronique Sanson se confie beaucoup. Dès 1972, son premier album parle des sentiments intimes. Mais c'est surtout son timbre de voix particulier, son look naturel et sa force d'interprétation qui font d'"Amoureuse" un premier opus très remarqué. Sa musique est un savant mélange entre la chanson, le blues et le rock, soutenu par une rythmique énergique et son fidèle compagnon, le piano. Ce premier essai recèle un florilège de succès dont "Besoin de personne", "Bahia" ou encore "Pour qui". 

"Dignes, Dingues, Donc" c'est ma famille !

Quand le piano s'arrête, la jeune femme se dévoile tout en pudeur. "Je suis une jeune fille sage qui fait ses paroles et ses musiques", répond-elle sobrement à la journaliste qui l'interroge dans les années 1970.

Dans la famille Sanson, l'amour déborde et s'exprime sans limite. Son père lui apprend le piano dès l'âge de trois ans et elle voue une tendresse infinie à sa mère. Elle lui écrit plusieurs chansons qui célèbrent cet attachement profond. "Pour celle que j'aime" sort en 1979, "Et je l'appelle encore" qui figure sur "Dignes, Dingues, Donc" raconte la perte d'un être cher

C'est beaucoup plus intéressant d'écrire des douleurs et des blessures, que le ciel bleu

Véronique Sanson
À côté des chansons mélancoliques, ce quinzième disque est aussi composé de morceaux gais et passionnés. "C'est un disque qui ressemble à ma famille "Dignes, dingues et donc !", assure-t-elle sur le plateau de France 2. 

Généreuse et passionnée

Véronique Sanson a un public fidèle qui la suit depuis ses débuts, l'attend à chaque concert pour entendre ses tubes "Vancouver", "Chanson pour une drôle de vie" et bien sûr "Comme je l'imagine". Dans ce nouveau tour de chant, il va découvrir les dix titres qui défendent toujours avec passion ses thèmes favoris : la liberté, la culpabilité, les amours romanesques et l'engagement humanitaire. "Véronique, elle n'est pas bien si elle ne donne pas un peu", rapporte son amie Nicoletta. 

Donner, un peu, beaucoup, Véronique Sanson donnera tout ce qu'elle peut à son public à partir du 8 novembre 2017 à Toulouse, Lyon, Marseille, Nice et Lille. Pour Paris, ce sera à la salle Pleyel, puis à l'Olympia du 15 au 23 décembre 2017.