Un album posthume de Guillaume Depardieu sortira en novembre

Par @annieyanbekian
Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 12/09/2013 à 12H50, publié le 12/09/2013 à 12H41
Guillaume Depardieu au festival de Berlin le 15 février 2007

Guillaume Depardieu au festival de Berlin le 15 février 2007

© Michael Sohn / AP / Sipa

Disparu le 13 octobre 2008, l'acteur avait enregistré onze chansons restées inachevées. Elles doivent sortir le 25 novembre sur un disque intitulé "Post Mortem", révèle "Le Parisien".

Emporté par une pneumonie à 37 ans, Guillaume Depardieu n'avait pas eu le temps d'achever le disque qu'il préparait et qui lui tenait énormément à coeur. Cinq ans plus tard, ce projet va enfin voir le jour sur le label Cinq7 (Cali, Dominique A, Lilly Wood and the Prick, Rover...). Il s'appellera "Post Mortem", indique le quotidien "Le Parisien" dans son édition de jeudi. Guillaume Depardieu "a toujours voulu faire un album qui s'appellerait ainsi", a assuré au journal la soeur de l'acteur, Julie Depardieu.

"Une question de vie ou de mort"
Pour les onze morceaux du disque à paraître, les textes avaient été écrits par l'acteur et mis en musique par le compositeur François Bernheim, un ami de la famille. Les paroles des chansons exprimaient les affres endurés par Guillaume Depardieu (combats contre différentes dépendances, grave blessure au genou en 1995, amupation en 2003 après des années de douleurs incessantes).

Cité par "Le Parisien", l'acteur avait confié il y a cinq ans à Marc Thonon, patron de label et producteur, que ce disque était "une question de vie ou de mort". Il lui avait fait écouter ses maquettes. "Nous nous étions vus à plusieurs reprises. Il ne voulait même pas mettre son nom sur le disque qu'il comptait défendre uniquement sur scène. On avait commencé à construire un projet sans signer de contrat. J'avais craqué sur l'intensité des chansons. Je savais que c'était un pari risqué, compte tenu de la personnalité de Guillaume. Mais ses textes possédaient une force hallucinante qui m'avait bouleversé." Finalement, Marc Thonon n'a pas été associé à la concrétisation de ce projet, ce qu'il regrette.
En juillet 2009, sur Europe 1, Julie Depardieu parlait du projet de son frère disparu, et présentait une de ses chansons, "Je fais ce que je veux de mon corps", qui figurera dans l'album "Post Mortem"
Les maquettes ont été retravaillées par Renaud Letang, producteur d'Alain Souchon, Jean-Louis Aubert ou Manu Chao, avec le concours du violoncelliste Vincent Ségal (Bumcello...). Le titre "Faisons l'amour", marqué par ses textes crus, pourrait être le premier lancé en radio. Une autre chanson, "Je mets les voiles", plus sombre, pourrait faire office de single. Guillaume Depardieu y chante : "Je préfère crever plutôt que d'être une source à ta souffrance."