Souvenirs d'Edith Piaf : le temps des amours

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/10/2013 à 18H46, publié le 10/10/2013 à 18H02
La chanteuse Edith Piaf et le boxeur Marcel Cerdan trinquent au bar du théâtre du "Club des Cinq", à Paris le 17 mars 1948.

La chanteuse Edith Piaf et le boxeur Marcel Cerdan trinquent au bar du théâtre du "Club des Cinq", à Paris le 17 mars 1948.

© AFP

C'est l'une des facettes importantes de la vie d'Edith Piaf abordée en cette semaine de commémoration du cinquantenaire de sa mort : sa relation aux hommes. Des hommes avec lesquelles elle a vécu et qui l'ont inspiré. Yves Montand, Georges Moustaki, Paul Meurisse ou encore Marcel Cerdan. Elle les a tous aimé.

https://videos.francetv.fr/video/NI_139031@Culture

Elle a fait de l'amour son leitmotiv. Dans ses chansons et dans sa vie tout court. "Mon légionnaire", "Les Amants d'un jour", "La vie en rose"... toutes ses chansons sont de véritables hymnes à l'amour. Christie Laume, soeur de Théo Sarapo, son dernier mari  raconte à l'AFP "il fallait qu'elle soit amoureuse pour pouvoir chanter". Et elle chantera toute sa vie. 

Certains n'hésitent pas à la qualifier de croqueuse d'hommes. D'Yves Montand à Georges Moustaki en passant par Eddie Constantine, Jacques Pills, Paul Meurisse sans oublier son dernier amour, Théo Sarapo (elle lui donne ce nom de scène, qui signifie «je t'aime» en grec), beaucoup d'hommes deviennent ses «esclaves consentis», selon l'expression de l'un d'eux.

Elle façonne, métamorphose ses hommes. Un jour elle déclare "Avouez que j'ai de la chance d'avoir tant d'amants. Quelle femme ne m'envierait pas? Ils sont tous jeunes, beaux, séduisants et, après qu'ils m'ont connue, on leur trouve même du talent". Une revanche pour ce petit bout de femme d'1m47 terrorisée par la solitude et qui ne s'aimait pas physiquement. Pour ceux qu'elle aime, elle savait se faire protectrice. A la mort de Marcel Cerdan, son grand amour, elle s'occupera de son fils. 

Piaf et les femmes 

Avec les femmes, Edith Piaf est moins tendre. Car elle n'apprécie pas beaucoup la concurrence. Certains diront qu'avec les femmes, elle était capable d'être abominable. Line Renaud l'aurait appris à ses dépens. La chanteuse se serait même exilée à Las Végas pour lui échapper. 

Selon elle, "Piaf n'était pas gentille, elle était diabolique, en particulier avec les femmes plus jeunes et plus belles qu'elle". Pourtant, la Môme a su se montrer plus aimable avec d'autres femmes notamment Suzanne Flon et Annie Girardot qu'elle a protégé.