Quand Julio Iglesias chante pour les riches dans un pays pauvre

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 08/10/2012 à 11H39
Julio Iglesias, le 21 septembre 2011 au Hard Rock Live à Hollywood

Julio Iglesias, le 21 septembre 2011 au Hard Rock Live à Hollywood

© Louis Johnny/ Sipa

Le chanteur de charme espagnol Julio Iglesias donnera pour la première fois un concert, lundi 8 octobre à Malabo, en Guinée équatoriale. Les spectateurs devront débourser 500.000 F CFA (750 euros) pour y assister (c'est le double d'une place d'un concert de Madonna). Le public devrait être composé essentiellement d'hommes d'affaires (le pays est devenu le troisième producteur de pétrole subsaharien), car 75% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.


Le concert aura lieu au Palais des Congrès de Sipopo, complexe situé en bord de mer à quelque kilomètres de la capitale, construit en 2011 pour le sommet de l'Union africaine.    
C'est la première fois que la star ibérique se produit dans l'ancienne colonie espagnole, pays très fermé et dirigé d'une main de fer depuis 1979 par Teodoro Obiang Nguema.

Polémique en Espagne 
La polémique enfle en Espagne. Le site espagnol ABC explique que le concert a été organisé par TNO production, une société entre les mains du fils aîné du président, Teodoro Obiang Nguema. Des associations, dont Human Rights Watch, ont protesté contre l'organisation de ce concert. Ils y voient une tentative du régime de redorer son image.

"1", le dernier album d'Iglésias (2011) à l'écoute sur Deezer