Diaporama 0 photo, 10 vidéos
Par Culturebox @Culturebox

Léo Ferré : hommage en dix chansons

Publié le 12/07/2013 à 15H24

Avec le temps va tout s’en va... mais pas la mémoire de Léo Ferré. Vingt ans après la mort du chanteur et poète français, le 14 juillet 1993, Culturebox revient en dix titres sur la carrière de ce grand artiste.

  • 01 /10
    "Paris Canaille", le premier succès
    Ce titre, enregistré en 1952 par Catherine Sauvage, marque les débuts du jeune Léo. Il enregistrera son premier disque l’année suivante.
  • 02 /10
    "Jolie Môme", la chanson populaire
    Inspirée à Ferré par sa belle-fille Annie, cette chanson parisienne aura un grand succès populaire.
  • 03 /10
    "Les anarchistes", les convictions
    Le chanteur n’a jamais caché ses convictions politiques, et cette chanson les affirme. Ecrite dans les années 1960, il l’interprètera pour la première fois en public en mai 1968.
  • 04 /10
    "Ni Dieu, ni maître", le réquisitoire
    Dans cette autre chanson anarchiste, Léo Ferré donne sa vision de la peine de mort, et en dénonce l'inhumanité.
  • 05 /10
    "La Marseillaise", le non-hymne
    Malgré son nom, il ne s’agit pas de l’hymne français version Ferré. Artiste engagé, Léo Ferré n’avait que peu d’amitié pour le nationalisme ou les galons. La Marseillaise de cet homme décédé ironiquement un 14 juillet, c’est une prostituée de la cité phocéenne.
  • 06 /10
    "La mémoire et la mer", le chef d'oeuvre
    Enregistré en 1970 sur l’album “Amour Anarchie”, ce long poème lyrique sur la mer et la Bretagne était qualifié par Leo Ferré comme un texte "éminemment personnel et que personne n’aurait dû comprendre". C’est devenu l’un des chefs d’oeuvre du maître.
  • 07 /10
    "Pépée", l'hommage
    Cette chanson de deuil a été écrite pour son chimpanzé, euthanasié après un accident.
  • 08 /10
    "C'est extra", la réussite commerciale
    Ce slow langoureux restera comme l'un des plus grands succès commerciaux de la carrière du chanteur.
  • 09 /10
    "L’espoir", la déclaration
    Oratorio de six minutes, ce titre est une déclaration d’amour de Ferré à l’Espagne, à sa troisième compagne et à son premier fils.
  • 10 /10
    "Avec le temps", l’hymne
    Cette chanson contant une rupture est devenue son hymne le plus célèbre. Ferré prendra l'habitude d'achever ses concerts par ce titre en priant le public de ne pas applaudir à la fin.