L.E.J : le trio de filles revient avec son propre album "Poupées russes"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/06/2018 à 17H52, publié le 10/06/2018 à 17H48
Le trio L.E.J sur le plateau du Grand soir 3 venu présenter leur premier album "Poupées russes" (Mercury)

Le trio L.E.J sur le plateau du Grand soir 3 venu présenter leur premier album "Poupées russes" (Mercury)

© France 3 / Culturebox

On les a découvertes en 2015 sur internet avec des vidéos de reprises, les L.E.J. sont de retour sur le devant de la scène avec cette fois-ci un premier album de titres personnels. Intitulé "Poupées Russes", ce premier opus en français s'inspire directement de leurs vies et de leurs envies.

Lucie, Élisa et Juliette… elles sont les L.E.J. Rappelez-vous en 2015, elles avaient fait fureur sur Youtube avec "Summer 2015" et leurs reprises de titres aux influences classiques et urbaines. Leurs vidéos ont été vues depuis plus de 75 millions de fois.

Les L.E.J. reviennent avec un album de douze chansons inédites qu’elles ont composées elles-mêmes. Invitées sur le plateau du Grand soir 3, les trois amies viennent parler de leurs "Poupées Russes (Mercury Records). 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1249553@Culture

Hommage à Bashung

En ouverture des "Poupées russes", le titre "La Nuit" résonne comme un hommage au chanteur Alain Bashung que les trois filles admirent. "Il y a une phrase qui est un clin d’œil à Bashung, oui, à double sens. Le fait de dire ‘on prend des trains à travers la plaine’, c’est une référence à sa chanson "La Nuit je mens". Nous on prend des trains à travers la plaine Saint-Denis, on prend des RER tout le temps." Le clip de "La Nuit" met en scène Mathieu Kassovitz qui part à la poursuite d'une mystérieuse silhouette féminine dans la nuit parisienne. 

Une composition maison

Lucie, Elisa et Juliette se connaissent depuis la crèche et ne se sont que rarement séparées, des bancs de l'école à la Maîtrise de Radio France pour Lucie et Elisa (deux octaves chacune), pendant que Juliette approfondissait sa pratique du violoncelle au Conservatoire. Pour le trio, cet album de compositions maison est un peu l'aboutissement de leur passion. Pour autant, est-ce compliqué de faire son vrai premier album ? "C’était important, pas forcément pour prouver quoi que ce soit. On a hâte d’avoir les critiques, c’est un challenge qui est autre de faire les reprises." Et comme elles ne font pas les choses à moitié, ces "Poupées russes", c'est aussi une sorte de don de soi. "C’est nos propres tripes qu’on met sur la table, on a tout composé, la musique, les paroles, tout en français."  
pochette poupées russes © Mercury Records

Trois poupées russes

Cet album parle aussi de la relation qui unit les trois jeunes filles. Telles des poupées russes, Elise, Lucie et Juliette sont très proches. "On est comme un ‘trouple’ : un couple mais à trois, il y a les mêmes enjeux et disputes. On est trois et amies comme des sœurs. C’est impossible qu’un événement touche une seule des trois sans que l’autre soit impliquée". Un premier "bébé" qui parle aussi de leur richesse profonde faite de mélanges. "Cet album est un mashup géant de toutes ces influences que l’on a."  

Le trio vient tout juste d’annoncer une tournée dans toute la France. 19 dates sont au programme tout au long des mois d’octobre et novembre et elles seront de passage à Paris le 26 octobre Salle Pleyel.