Le Soldat Rose 3 : interview d'Alain et Pierre Souchon à l'occasion de la sortie de l'album

Par @Culturebox
Mis à jour le 29/11/2017 à 11H20, publié le 17/11/2017 à 12H46
Charles Souchon (Ours), Alain Souchon, Renan Luce, Pierre-Dominique Burgaud et Pierre Souchon

Charles Souchon (Ours), Alain Souchon, Renan Luce, Pierre-Dominique Burgaud et Pierre Souchon

© Lisa Roze

Le Soldat Rose revient pour un troisième et ultime épisode. Après Louis Chedid et Francis Cabrel, cette fois ce sont Alain Souchon et ses fils qui ont mis en musique l'histoire de Pierre-Dominique Burgaud. Avant le spectacle à l'Olympia le 22 novembre, et la sortie du disque deux jours plus tard, Alain et Pierre Souchon ont répondu à nos questions... depuis un taxi.

Pourquoi le Soldat Rose est-il rose ? On l'apprend dans ce dernier épisode intitulé "Le soldat rose à la fabrique des jouets", situé chronologiquement avant le premier, comme pour boucler a boucle. Un "préquel" come on dit dans le jargon des histoires à séries. Les textes de Pierre-Dominique Burgaud sont, comme dans les deux précédents, empreints de bienveillance à l'égard des personnes différentes. Une ode à la solidarité et l'entraide, qui fait du bien dans notre monde pas toujours rose.

Les musiques signées Alain, Pierre et Charles (Ours) Souchon mèlent la pop, le folk, le rap, et des mélodies qu'on n'oublie pas. Le casting regroupe des artistes qu'on sent avoir pris grand plaisir à partager l'aventure : Edouard Baer à la narration, Jean-Louis Aubert, Calogero, Gaëtan Roussel, Sandrine Kiberlain, Zazie... et Renan Luce dans le rôle du Soldat Rose qui chante avec Olivia Ruiz un beau duo, "Frère et Soeur", sorti en single début septembre.
"Frère et soeur", premier extrait du "Soldat Rose à la fabrique des jouets" interprété par Renan Luce et Olivia Ruiz
Dans une ambiance conviviale et détendue, depuis un taxi, Alain et Pierre Souchon nous ont raconté la génèse de ce conte musical, et nous ont parlé de leurs futurs projets.

Culturebox : Comment s'est créé ce projet du Soldat Rose 3 ?
Pierre Souchon : On connaissait Pierre-Dominique Burgaud (auteur des textes des deux précédents épisodes du "Soldat Rose" - NDLR), avec qui j'ai travaillé sur mon album précédent. Il avait dans sa tête l'histoire du "Soldat Rose numéro 3" pour terminer cette aventure, et il nous a écrit, nous demandant à mon frère, Ours, mon père, et moi-même, de nous pencher sur la composition tous les trois et de ne faire qu'un. On a été très touchés et on a dit oui tout de suite, car Pierre-Dominique est un ami que nous aimons beaucoup, et le "Soldat Rose", on trouve ça fin, chic, élégant, et profond, un peu sociétal, pour les enfants et pour les parents, pour toute la famille. C'étaient des symboles qui nous attiraient, et c'est pour ça qu'on a dit oui tout de suite.
Alain Souchon, ses 2 fils : Charles (Ours) et Pierre, et le parolier Pierre-Dominique Burgaud

Alain Souchon, ses 2 fils : Charles (Ours) et Pierre, et le parolier Pierre-Dominique Burgaud

© Lisa Roze

Justement, en termes de symboles, le premier opus était composé par Louis Chedid avec son fils Mathieu dans le rôle du Soldat Rose, vous et votre frère avez particpé au deuxième, et dans le troisième on vous retrouve tous les deux avec votre père. Est-ce que finalement le Soldat rose, c'est une histoire de filiation ?
Alain Souchon : Ah je ne sais pas (rires) peut-être oui. Mais c'est malgré nous ! C'est surtout que lorsqu'on fait un travail d'auteur-compositeur, on est très seul pour écrire les chansons, même si c'est avec Laurent Voulzy ou avec Pierre, on est seul, et ensuite on est seul sur scène. Tandis que là, c'est un travail d'équipe, on est une troupe. C'est nouveau, de faire partie d'une troupe comme ça, comme c'était le cas pour les numéros précédents. Sur le premier j'étais l'homme de ménage, sur le précédent, mes fils étaient des canards... Le fait de faire des chansons, et qu'elles deviennent chantées par plein de personnes différentes, et qu'on se retrouve tous sur la scène à l'Olympia, c'est rigolo, c'est une autre aventure que d'être chanteur tout seul.

 
Pour la troupe comme vous dites, c'est vous qui avez proposé ou cherché des interprètes ? Ce sont eux qui se sont manifestés ?
Alain Souchon : En faisant les chansons, à la fin on se disait :"Ah ça serait formidable que ce soit Jean-Louis Aubert pour telle chanson, que ce soit Edouard Baer qui raconte avec sa voix extraordinaire... A chaque fois, la personne qu'on trouvait idéale, on lui a demandé et elle a dit oui. On peut dire qu'on a eu de la chance, parce que c'est un peu le casting idéal, hein Pierre ?
Pierre Souchon : Tout à fait
"On a tous un talent qui dort", interprété par Jean-Louis Aubert

Vous avez composé en pensant à quelqu'un de particulier pour chaque chanson, ou c'est venu après ?
Pierre Souchon : Non, c'est venu après, pour ne pas se retrouver bloqué. Si par exemple on ne pensait qu'à Jean-Louis Aubert et puis qu'il nous disait non, on se serait retrouvé avec une chanson faite pour Jean-Louis Aubert interprétée par quelqu'un d'autre s'il avait refusé. On s'est laissé porter par les textes de Pierre-Dominique Burgaud qui étaient un cadre très précis : un personnage qui est un jouet, une poupée, un robot...Une fois les chansons terminées, on s'est penchés sur le casting en se disant : "Quel artiste pourrait incarner ce personnage ?". On a fait notre casting idéal, et on a eu des retours positifs. On était très heureux, après avoir trouvé des airs parfois sur une guitare désaccordée, de les entendre chantés par Laetitia Casta, Jean-Louis Aubert, Calogero... c'était assez grisant.

"Robot au rabais" interprété par Calogero
Il y a une petite exception avec Renan Luce qui avait joué un autre personnage (le petit Joseph - NDLR) dans l'opus précédent, et qui joue le Soldat dans cet épisode. C'est une première dans la trilogie...
Pierre Souchon : C'est une petite entorse à ce que voulait éviter Pierre-Dominique Burgaud, en disant qu'à chaque aventure il y ait des personnages uniques, pas trop de doublons pour que ce ne soit pas confus. Mais Renan Luce remplissait "le cahier des charges idéal" pour être le Soldat Rose : un personnage juvénile, lunaire, comme pouvaient l'être Mathieu Chédid ou Thomas Dutronc, avec leur guitare en bandouillère comme si c'était leur petit fusil. Renan, on l'a connu sur l'épisode 2, et on s'est dit qu'il incarnerait impeccablement ce soldat numéro 3.
Renan Luce, qui joue le soldat rose

Renan Luce, qui joue le soldat rose

© Lisa Roze

Les thèmes abordent les laissés pour compte, les personnes écartées. Et ce qui permet de lutter contre ça, c'est l'entraide, la solidarité, l'esprit d'équipe. Est-ce que pour vous c'est important d'évoquer ça dans le monde actuel ?
Alain Souchon : oui, les textes de Pierre-Dominique Burgaud sont porteurs de ça, la gentillesse entre les gens, le fait de positiver, le fait que ce n'est pas grave si les filles ne se trouvent pas exactement comme elles ont envie d'être. C'est comme la chanson de Goldman "c'est ta chance, c'est ta marque, ta différence", et bien là c'est pareil. Et c'est très important que ce petit message soit divulgué à travers la musique, et ce conte pour enfants.

"La loi du plus faible", interprété par Renan Luce

C'est ce qui permet la double lecture, que ce ne soit pas que pour enfants ?
Alain Souchon : oui, voilà. On voulait éviter que se soit des comptines pour enfants, on voulait que ce soit, et c'est comme ça aussi dans les deux premiers, des chansons à part entière qui peuvent plaire à tout le monde. Ce n'est pas une question d'âge, et c'est ça qui est sympa dans ce conte, c'est que c'est pour tout le monde.

Pour le concert à l'Olympia le 22, comment ça se prépare pour arriver à reproduire tout ce qui se passe dans la version studio ? La narration d'Edouard Baer, beaucoup d'orchestrations...
Alain Souchon : Edouard, il sera en majesté sur un trône, peut-être un trône de nuages, avec une grande robe blanche... j'exagère peut-être ? (rires).
Pierre Souchon : oui peut-être (rires). On est en train de préparer tout ça. L'idée c'est vraiment de retranscrire en images et en concert ce conte, avec la narration d'Edouard, entrecoupée des artistes qui viennent chanter leur chanson tout en racontant l'histoire, avec le costume de leur personnage, et le décor qui est en cours de finalisation.
"Petit Rat" interprété par Olivia Ruiz

Quels sont vos prochains projets pour l'après Soldat Rose 3 ?
Pierre Souchon : Ours est actuellemment en tournée pour promouvoir son album "Pops" qui est sorti, et sa chanson "J'ai jamais su danser", et il sera encore une petite année sur ce projet. Et mon père et moi, nous sommes en train de nous pencher sur de nouvelles chansons pour un prochain album de mon père, c'est notre projet commun, et j'ai la chance de l'aider sur des musiques.

Un album pour 2018 ?
Alain Souchon : Je vais vous dire oui, j'espère que je serai prêt, mais je crois, oui. Et vous, est-ce que vous savez ce que vous allez faire en 2018 ?

Effectivement vaste question, mais en attendant, nous allons nous laisser porter par ce conte musical, qui appelle à la rêverie et à voir la vie un peu plus en rose.
La pochette de l'album

La pochette de l'album

Le Soldat Rose à la fabrique des jouets (BMG) - Sortie le 24 novembre
Concert à l'Olympia le 22 novembre : deux représentations (16h et 20h)