"Le calme et la tempête" : Olivia Ruiz cultive ses racines hispaniques

Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 20/11/2012 à 12H06
"Le calme et la tempête", le nouvel album d'Olivia Ruiz

"Le calme et la tempête", le nouvel album d'Olivia Ruiz

© Jean-Baptiste Mondino

Olivia Ruiz sort un nouvel album. "Le calme et la tempête". Certains parleront de l'album de la maturité, d'autres de retour aux sources. Ce qui est sûr c'est que l'artiste a mis beaucoup d'elle même dans ce nouvel opus. Le résultat est un mélange sucré-salé, à déguster à partir du 3 décembre prochain en CD... et dés maintenant en digital !

 

Olivia Ruiz n'est jamais là où on l'attend. Ceux qui la voyaient après la Star Ac' enchainer les titres commerciaux sans âme et sans passion, en ont été pour leurs frais. Ceux qui pensaient qu'elle surferait sur la vague de son succès se sont trompés. Olivia Ruiz a pris son temps. Le temps de faire autre chose. Depuis la sortie de son dernier album "Miss Météores (2009), la jeune femme a tourné dans un film ("Un jour mon père viendra" aux côtés de Gérard Jugnot et François Berléand), réalisé la décoration des vitrines du BHV et chanté avec ses copines (Jeanne Cherhal, La Grande Sophie, Camille, Emily Loizeau et Rosemary Standley de "Moriarty") dans "Les Françoises".

Cap à l'Ouest

Besoin d'être en mouvement. Besoin d'aller voir ailleurs aussi. En début d'année 2012, Olivia Ruiz met le cap à l'Ouest. Cuba, Los Angeles, la Colombie...Un course en avant qu'elle décrit dans la chanson titre de son album "Le calme et la tempête" : "Je ne m'arrête pas, je brave les vents"... Ce voyage entrepris en solitaire lui ouvre de nouveaux horizons.  Ceux des rythmes chauds de l'Amérique latine, si proches de ce qu'elle est au fond. Ses racines hispaniques déjà très présentes dans les précédents albums, s'épanouissent dans ce 4ème opus. Notamment à travers cette magnifique interprétation de "La Llorona", chant traditionnel mexicain inspiré d'une légende locale. La Llorona "la pleureuse" en espagnol, équivalent de notre Dame blanche, parcourait la nuit les rues des villages mexicains en pleurant. Ceux qui s'en approchaient de trop près connaissaient un sort funeste. Une belle histoire revisitée par Olivia Ruiz et Toan, qui n'est autre qu'Anthony, son petit frère.

Tout sucre, tout fiel...

Hormis cette contribution"familiale" le seul à avoir collaboré sur l'album est Blake Mills rencontré lors de l'un de ses séjours dans la Cité des Anges. Le jeune Californien, encore peu connu en France mais qui cartonne Outre-Atlantique, a en partie composé "La voleuse de baisers". Un titre sous forme de comptine aux mots enrobés de sucre et d'acide. C'est celà aussi Olivia Ruiz. Cette capacité à séduire tout en assumant son côté chipie. "Plus j'aime, plus je pique" déclare t'elle dans l'une de ses chansons. Avec "Le calme et la tempête" la demoiselle aura en tout cas réussi à piquer notre curiosité et à nous donner envie de claquer des talons et des mains (Notamment dans "My Lomo & me", premier titre de l'album). Et par ces temps de grisaille aussi bien hivernale que sociale, ça fait du bien.