La disparition de Jacques Higelin : les réactions des artistes et des politiques

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/04/2018 à 11H34, publié le 06/04/2018 à 14H26
Le chanteur Jacques Higelin en 2013

Le chanteur Jacques Higelin en 2013

© Samuel Boivin / CrowdSpark

Réactions du monde de la culture et de personnalités politiques à la disparition du chanteur Jacques Higelin, mort vendredi à Paris à l'âge de 77 ans. Pour Jean-Louis Aubert "Jacques Higelin est notre géniteur", pour Jack Lang "Jacques Higelin était un poète. Il avait l'ivresse des mots".

- "On vient de perdre un monument de la scène française", a déclaré la chanteuse La Grande Sophie. "La nouvelle de sa mort est glaçante, je le considérais comme un monument de la scène française. Quand il se produisait en concert, je voyais la salle s'illuminer. Il n'était pas du tout dans un formatage, il incarnait la liberté absolue, avec sa façon bien à lui de s'adresser au public", a-t-elle déclaré. "Il aimait la vie et je l'ai toujours vu comme un éternel adolescent. Il avait beaucoup d'énergie", a ajouté celle qui participa en 2015 au concert d'hommage au chanteur pour célébrer ses 50 ans de carrière. "J'avais repris Pars. Il avait beaucoup aimé. Plus tard, il était venu me voir à l'Olympia. Il a tapé dans ma loge et était resté un moment à me regarder me maquiller. J'avais le trac et lui me réconfortait. Et quand j'ai chanté "Pars, je le voyais danser, c'était superbe", a-t-elle raconté. "Jacques m'impressionnait aussi beaucoup par son écriture. Toute sa carrière, il a gardé une inspiration constante, ce qui est rare. Je mesurais à quel point il avait du talent. J'espère que les jeunes générations vont le redécouvrir. C'était un héritier de Trénet, parce que s'il n'était pas que joie, il savait la transmettre souvent", a-t-elle conclu.

"On pourra dire qu'il a eu une belle vie d'artiste. Il était très libre, il aimait la fantaisie", a salué la chanteuse Catherine Ringer : "L'un des premiers spectacles que j'ai vus, toute jeune, à 13-14 ans, c'était Higelin/Fontaine/Areski sur les Grands Boulevards à Paris. C'était merveilleux de voir leurs improvisations, leur légèreté, leur poésie. Ils émerveillaient le monde", a-t-elle précisé.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1215989@Culture


"Le merveilleux Jacques est parti lui aussi. Il était aussi brillant, doué que charmant. Hier encore, j'écoutais L'hiver au lit à Liverpool une de mes chansons préférées. C'était le prince du Trenet Kingdom. Je l'aime", a réagi sur Twitter le chanteur Benjamin Biolay.

"Je ne peux que crier", a réagi auprès de l'AFP son acolyte depuis les années 60 Brigitte Fontaine, la voix déchirée par l'émotion. 

"Jacques Higelin a fait le Printemps de Bourges, il est dans l'ADN du festival", a déclaré Boris Vedel, le directeur du festival. "Jacques Higelin et le Printemps, c'est une histoire singulière. La vie du Printemps se mêle à la sienne. C'est un jour triste pour la musique, pour la chanson française, tout le monde. Il y a des gens encore très proches de lui ici à Bourges". "Il était présent pour la première édition en 1977", raconte Boris Vedel. "A l'époque, l'ambition du cofondateur Daniel Colling était de faire un printemps de la chanson française et parmi les artistes qui symbolisaient cela, il y avait Higelin." "Le parrain du festival c'était Charles Trénet, qu'adorait Higelin mais qui n'incarnait pas vraiment le renouveau de la chanson française, et les organisateurs craignaient qu'il soit sifflé. Ce qui s'est produit, et alors Higelin a pris le micro et interpellé le public, qui s'est immédiatement rangé derrière lui", poursuit-il.

Pour sa prochaine édition, le Printemps de Bourges réfléchit à la possibilité de rendre hommage à Jacques Higelin, alors que son fils Arthur H doit s'y produire le 26 avril.

- Pour Daniel Colling, producteur des spectacles de Jacques Higelin, qui a dirigé le Printemps pendant près de 40 ans, le chanteur "a contribué au premier succès et au démarrage réussi de Bourges", en chantant en première partie de Trenet. "Je suis très triste, c'était un compagnon de route pour moi", a rappelé à l'AFP M. Colling, qui fréquentait Jacques Higelin depuis 1975. "De toute cette génération, c'est celui qui était le plus artiste, le plus inventif, et un des meilleurs sur scène. Il avait ce besoin de communiquer avec le public, cela devenait parfois irrationnel, il pouvait chanter jusqu'à deux ou trois heures, on savait quand il commençait mais jamais quand il s'arrêtait....", a ajouté le producteur au sujet de celui qui aura donné son tout dernier concert en octobre 2015 à la Philharmonie de Paris, pour célébrer ses 50 ans de carrière.

- Jacques Higelin a provoqué "une révolution" dans la chanson française avec sa camarade Brigitte Fontaine, a indiqué Françoise Canetti, fille du producteur Jacques Canetti qui avait lancé la carrière du "poète rock". "Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, c'était une révolution ! Ils ont amené le rock, le vrai rock dans la chanson française", a souligné Mme Canetti, qui dirige le label Canetti. "Le propre d'un poète, c'est qu'on ne peut pas l'imaginer mort... C'est quelqu'un qui était dans la vie, l'énergie, la joie de vivre, tout ce qui est positif... ça m'a bouleversée", a-t-elle ajouté. "Mon père avait rencontré Jacques Higelin aux Trois Baudets, pour une audition où Jacques chantait déjà du Charles Trenet. Au bout de deux chansons, mon père était convaincu mais ne voulait pas faire travailler un enfant (Jacques Higelin avait 14 ans, ndlr). Il lui a donné rendez-vous et l'a retrouvé dix ans après ! Il lui a fait enregistrer ses premières chansons, dont "Je rêve", sur un texte inédit de Boris Vian", s'est-elle souvenue. "Jacques Higelin, c'est personnage incroyable, l'enfant turbulent de la chanson française... et c'était quelqu'un de bien, c'était d'abord un poète, un rebelle et puis un fidèle", a conclu Mme Canetti.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1215517@Culture

- François Morel (sur RTL) : "J'ai aimé son insolence, sa fantaisie, sa générosité inouïe. J'ai le souvenir d'avoir vu un concert à Châteauroux. J'étais venu avec mon fils qui avait une quinzaine d'années, ça n'était pas forcément le genre de musique qu'il écoutait mais je me souviens de comment il était reparti, complètement enthousiasmé par un concert qui avait duré des heures. Il y avait des moments qui étaient très rock n'roll mais pendant une heure après il faisait des ballades françaises d'une délicatesse inouïe. C'était la quintessence de la chanson française. Il allait à chaque fois très loin, il était magnifique sur scène..."

- Jean-Louis Aubert (sur RTL) : "Jacques Higelin est notre géniteur. Tout jeune quand je n'avais pas de groupe, on s'est collé à lui. On habitait tous ensemble. C'était une mise au monde. Il se dirigeait vers le rock mais il chantait en français". 

- L'animateur Nagui (sur Twitter) : "Profonde tristesse avec le départ de Jacques Higelin poète de la vie".

Les réactions des politiques

Le Premier ministre Edouard Philippe (sur Twitter) : "Jacques Higelin est mort. Cauchemars, fantômes et squelettes, laissez flotter vos idées noires... Mais déjà le ciel blanchit....La folie qui l'accompagne et jamais ne l'a trahi.... Champagne pour les poètes et tristesse pour ceux qui les voient partir !".

- Françoise Nyssen : "Fantasque, lyrique, capable d'autant de force, de violence musicale que de tendresse poétique, Jacques Higelin était un chanteur à part". Pour la ministre de la Culture, "les années n'auront jamais entamé cette fougue, cette capacité d'indignation qui faisait de lui un éternel jeune homme".

- Jack Lang : "C'était un ami" et "un militant humaniste et généreux (...) Lors des premières fêtes de la Musique, il m'a souvent accompagné, et avec une énergie inépuisable, il nous entraînait dans le tourbillon ténébreux de son amour du chant et de la fête (...) Il nous amenait jusqu'au bout de la nuit, il sautait, il jouait, il exultait. Il nous faisait vivre en somme (...) Jacques Higelin était un poète. Il avait l'ivresse des mots (...) Nous ne verrons plus son regard hypnotique et décalé sur le monde mais son répertoire magique et puissant restera et continuera d'inspirer les talents de demain".

- Anne Hidalgo, dont il avait soutenu officiellement la candidature à la mairie de Paris (sur Twitter) : "Mes pensées vont d'abord à sa femme, Aziza, et à ses enfants, Arthur, Kên et Izia. Je veux leur dire que nous sommes des milliers à partager aujourd'hui leur douleur et à les porter tous les quatre dans nos coeurs."

- François Bayrou (sur Twitter) : "Jacques Higelin, tant d'élégance, tant de poésie, et de tendresse."

- Manuel Valls (sur Twitter) : "Jacques Higelin est parti. Que c'est triste ! Une personnalité, une voix et une silhouette uniques. Ses ballades, ses rythmes et ses mélodies nous accompagneront toujours"

- Alexis Corbiere (sur Twitter) : "Alertez les bébés ! Ses chansons restent, son oeuvre immense lui survit. Merci l'artiste !"

- Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders (sur Twitter) : "Jacques Higelin nous quitte. Ce talent tombé du ciel a tenu une place remarquable et très particulière dans l'univers musical francophone et dans nos vies ces dernières décennies."

- Jean-Luc Romero (sur Twitter) : "Tombé du ciel, il le rejoint malheureusement aujourd'hui... Beaucoup de tristesse après la mort du talentueux et révolté Jacques Higelin ! Un homme de scène exceptionnel. Un citoyen engagé. Il reste à jamais dans nos coeurs. Salut l'artiste."

Triple hommage sur France 2

La deuxième chaîne diffusera des hommages au chanteur ce vendredi dans son Journal de 20h puis dans le magazine musical "Alcaline" à 20H45, et ce samedi à 9h55, dans l'émission "Thé ou café".