Joe Dassin, la comédie musicale, au Grand Rex

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 03/10/2010 à 11H47
Joe Dassin, la comédie musicale, au Grand Rex

Joe Dassin, la comédie musicale, au Grand Rex

© Culturebox

Trente ans après la mort du chanteur, la comédie musicale "Joe Dassin", lui redonne vie sur la scène du Grand Rex, à Paris jusqu'au 12 novembre 2010 puis en tournée.

https://videos.francetv.fr/video/NI_121125@Culture

Interprète mais aussi auteur de chansons souvent plus sérieuses qu'une première écoute pourrait le laisser croire, Joe Dassin occupe une place particulière dans l'histoire de la chanson française. Sa carrière a pris place à une époque où il était difficile de faire le tri entre le simple chanteur à minettes et le véritable artiste. Dans le hit-parade de l'époque se côtoyaient des gens aussi différents que Mike Brant et William Sheller, Frédéric François et Gérard Lenorman, Julien Clerc et Eric Charden. De son côté Joe Dassin a proposé, un peu à l'instar d'un Hugues Aufray, des adaptations de bonnes chansons américaines. Alors qu'à cette époque des artistes comme Richard Anthony ou les Compagnons de la Chanson affadissaient les morceaux qu'ils adaptaient, Joe Dassin savait leur conserver leur puissance initiale (exemple "Marie-Jeanne, ode à Billy Joe" adaptée de "Ode to Billy Joe" de Bobby Gentry).
Joe Dassin aurait pu se contenter d'une carrière de crooner, son premier succès l'adaptation de "Guantanamera" le prouve, mais il a diversifié son répertoire. De belles balades romantiques ("Salut les amoureux" ou "L'été indien") à des bijoux de bonne humeur ("Bip bip", "A Paris en vélo" ou "Les Dalton") en passant par des petits récits ressemblants à des nouvelles ("C'est la vie Lily", "Le temps des oeufs au plat" ou "Le chemin de papa") allant même jusqu'à des chansons à chanter quand on a bu un coup de trop ("Billy le Bordelais"), Joe Dassin laisse une oeuvre complète malgré la brièveté de sa carrière.
Joe Dassin, un léger strabisme, une élégance très seventies et un sourire "la fleur aux dents"... sans oublier que grâce à lui des générations de Français ont découvert le nom, sinon la peinture, de Marie Laurencin !

A voir aussi sur Culturebox :
- La face obscure de Joe Dassin, livrée par Robert Toutan
- Dave sur la scène de l'Olympia avant une grande tournée
- "Etre une femme" de Michel Sardou remixée version 2010