H24 : le compte à rebours du succès est enclenché

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 08/09/2009 à 15H05
H24 : le compte à rebours du succès est enclenché

H24 : le compte à rebours du succès est enclenché

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_95691@Culture

"Citoyen du monde" c'est le titre du troisième album du groupe de rap ardennais H24, il est disponible à l'écoute sur le site internet du duo. Il existe deux albums qui précédent celui-ci, également en auto-production, "Viens faire un tour dans nos vies" en 2006 et "Quand la rue parle" en 2004. Aucun concert n'est à ce jour programmé.

Le Sample n'est pas né avec le Rap. Le Sample, c'est l'échantillonnage d'une musique, un extrait ou un son, que l'on réutilise dans le cadre d'une nouvelle composition. L'utilisation du sampler (échantillonneur) , l'ordinateur qui permet d'échantillonner les morceaux, et l'invention de la boite à rythmes ont certes considérablement favorisé l'émergence de musique dans lesquelles les instruments n'étaient plus les éléments indispensables à la composition. De ce point de vue, les deux frères Nab et Nader (alias Keyser) du groupe ardenais H24 en font bon usage, en particulier Nab qui multiplie, depuis les années 2000, les productions de sample pour d'autres groupes. Mais l'échantillonnage des sons a commencé bien avant l'apparition du hip-hop. Dès les années 40-50, les compositeurs de "musiques concrètes" se sont intéressés à ce procédé, de même que les pionniers de la musique électronique. L'un des premiers groupes a utiliser ce procédé d'échantillonnage des sons fut le duo New-Yorkais Silver Apples, avec son album éponyme sorti en 1968, et pour lequel Siméon Coxe III avait fabriqué son propre ordinateur, une sorte de synthétiseur primitif capable de restituer des samples. En Allemagne, ce sont les groupes de la scène alternative rock comme Can ou Faust qui vont perfectionner le système. Simultanément, ce sont les Djs jamaïcains des années 70 qui vont introduire lors des Sound systems, le principe du Sample dans la culture afro-caraïbéenne et favoriser son passage vers la culture hip-hop naissante aux Etats-Unis. Le morceau "Cow thief Skank" du chanteur jamaïcain Lee Perry est souvent cité en exemple de cette appropriation, plus tard Lee Perry ira jusqu'à sampler des dialogues de films de Kung-fu pour les intégrer à ses morceaux sur l'album "Revolution Dub". C'est le DJ d'origine jamaïcaine DJ Kool Herc qui va importer dans ses valises ce nouveau procédé à New-York et en particulier dans le quartier du Bronx où il réside. Il n'y a plus qu'à attendre....le 6 mars 1979, dans un loft de Manhattan, trois rappeurs enregistrent un morceau, écrit par une productrice de Rythms and Blues, et qui s'appuie sur la ligne de basse du célèbre "Good Time" du groupe disco Chic, également auteur de "Le Freak". Ils choisissent de se faire appeler le "Sugarhill Gang"  et ils baptisent leur premier morceau "Rappers Delight"....l'extrait officiel de naissance du rap venait d'être signé. 40 ans plus tard, les rappeurs de "Sugarhill Gang" peuvent - eux aussi - reprendre en choeurs : "le fric : c'est chic", ils ont vendu plus de 15 millions de singles de leur tube planétaire.