Festival Jean Ferrat : sa femme témoigne

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 03/07/2012 à 12H24
Colette, l'épouse de Jean Ferrat dans leur maison d'Antraigues-sur-Volane

Colette, l'épouse de Jean Ferrat dans leur maison d'Antraigues-sur-Volane

© France3 / Culturebox

Rencontre avec Colette Ferrat, l'épouse et la veuve de Jean Ferrat, qui est restée vivre à Antraigues-sur-Volane. Ce village ardéchois où le chanteur a vécu durant quarante-cinq ans s'apprête à accueillir du 20 au 22 juillet la deuxième édition du Festival Jean Ferrat, un événement créé par Colette Ferrat en hommage à l'artiste, disparu le 13 mars 2010 à l'âge de 79ans.

https://videos.francetv.fr/video/NI_483769@Culture

Ce festival Jean Ferrat est tout, sauf une grosse machine estivale, qui alignerait les têtes d'affiche et les soirées privées. Colette Ferrat, aidée par la mairie d' Antraigues, l'a plutôt conçu comme un grand banquet festif avec des concerts proposés sur la place de la Résistance par Les Szgaboonistes (musette, punk manouche),  Les Bombes2bal (le bal populaire version world music) et le groupe Kermesse. Un esprit bon enfant et proche des gens qui correspond bien à celui de l'inspirateur de ce rendez-vous. Son épouse et veuve, Colette, entend bien faire vivre ces valeurs de simplicité et d'humanisme que l'auteur-compositeur a toujours défendu.

On connaît peu cette femme qui au moment de sa rencontre avec Jean Ferrat, était monitrice d'éducation physique dans un lycée de Romans.  Elle habitait alors Valence. Dans une interview accordée à Michel Drucker pour "Paris-Match" en 2011, elle raconte leur première rencontre : " Nous sortions du Temps Perdu, un petit café-restaurant-cabaret sur la place d'Antraigues. Il avait une DS blanche. Moi, j'étais un peu désemparée car ma vieille Porshe 912 était en panne. Me voyant contrariée, il est venu me rassurer, il m'a embrassé gentiment. Je n'ai jamais oublié ce moment. Il était déjà installé à Antraigues depuis quelques années".


Jean Ferrat a vécu dans ce  villages de belles années et sa présence a attiré de nombreux amis artistes. Tous les deux ans, de 1997 à 2005, un banquet républicain organisé par le parti communiste du bassin d'Aubenas se tenait à Antraigues dont le maire, Jean Saussac était adhérent au PC. Jean-Louis Trintignant, mais aussi Claude Berri et Roger Hanin sont venus y participer, sans compter les politiques, Robert Hue et Marie-Georges Buffet. Mais à la mort du maire, tout s'est arrêté. Le festival Jean Ferrat, qui n'a aucune connotation politique (même si Colette Ferrat avoue qu'elle aimerait bien que Jean-Luc Mélenchon ou Aurélie Filipetti viennent faire une visite) va peut-être devenir un nouveau moment fort dans la vie de ce village qui depuis la mort du chanteur, est devenu un lieu de pélérinage pour tous ces admirateurs. Une maison Jean Ferrat devrait bientôt voir le jour, installée dans une grande bâtisse sur la place de la Résistance. Colette Ferrat le veut comme un lieu de rencontre pour les auteirs, comédiens et poète. Tout sauf un musée-mausolée.