Barbara : derrière sa chanson "L'aigle noir", le drame de l'enfance brisée par l'inceste

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/10/2017 à 10H51, publié le 15/10/2017 à 12H31
Barbara en 1968

Barbara en 1968

© LOUIS JOYEUX / INA

"L'aigle noir", l'une des chansons les plus célèbres de Barbara, n'est pas le simple récit d'un rêve. Les paroles sont la transposition d'un drame vécu par la chanteuse disparue il y a 20 ans. Derrière les mots se cache le drame de sa vie, son viol, à l'âge de dix ans, par son père. Quand on le sait, le voile poétique se déchire et l'horreur apparaît en pleine lumière.

"Un beau jour, ou peut-être une nuit...", chacun a siffloté cet air, chantonné ses paroles. "L'aigle noir" est la plus célèbre chanson de Barbara. L'artiste qui figure avec Ferré, Brel et Brassens au Panthéon de la chanson française du 20e siècle avait livré son plus grand secret en 1970 et sans que personne s'en aperçoive. Il a fallu attendre 1997, le décès de Barbara à 67 ans, puis la publication de son livre de mémoires pour s'apercevoir que cet "aigle noir" n'était autre que son père. C'était lui cet aigle noir surgissant au coeur de son enfance pour lui faire subir l'inceste.

Reportage France 2 L. Hakim / D. Dahan / J. Martin / A-C. Bequet
Au passage, ce décryptage éclaire d'une lumière nouvelle une autre des grandes chansons de Barbara, "Nantes" qui raconte les circonstances de la mort de son père.