Cérémonie des Grammy Awards : 7 pépites à revoir

Par @Nijikid
Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 01/02/2018 à 11H37, publié le 27/01/2018 à 20H30
Bob Dylan aux Grammy Awards 1998, flanqué d'un danseur imprévu et envahissant, le performer Michael Portnoy.

Bob Dylan aux Grammy Awards 1998, flanqué d'un danseur imprévu et envahissant, le performer Michael Portnoy.

© Kevin Mazur/WireImage/Getty

La prestigieuse cérémonie des Grammy Awards, qui récompense les meilleurs artistes de l'Industrie musicale américaine, est chaque année l'assurance d'assister derrière son écran à des choses étonnantes, prévues ou fortuites. Alors que la cérémonie 2018 se déroule dimanche soir, exceptionnellement à New York plutôt qu'à Los Angeles, retour sur quelques épisodes amusants ou enthousiasmants.

Bien sûr il y a eu la magnifique performance de Beyoncé, enceinte, l'an passé. Et la géniale performance engagée de Kendrick Lamar l'année précdente. Mais vous les avez tous encore en tête. Nous sommes donc allés creuser un peu plus loin.
1.
Bob Dylan flanqué d'un danseur envahissant en 1998

En 1998, le respecté performeur Michael Portnoy avait été invité à swinguer gentiment avec d'autres danseurs au second plan pendant que Bob Dylan et son groupe jouaient "Love Sick" aux Grammys. Mais l'artiste avait pris la liberté d'ôter soudain son T-shirt et de surgir sur scène, se lançant dans une danse-transe avec de grands gestes aux côtés de Dylan, le torse barré d'un slogan à l'encre disant "Soy Bomb" (une définition selon lui de ce que l'art devrait être, dense et explosif). Stoïque, le Zim sembla néanmoins irrité et le performeur fut finalement évacué.  A mourir de rire.

 

2.
Prince joue "Baby I'm a Star" et le public envahit la scène en 1985

Cette année là, Prince triomphe pour la première fois aux Grammy Awards et remporte deux trophées pour son album "Purple Rain" et un troisième pour son single "When Doves Cry". Pour clore la cérémonie, il joue "Baby I'm a Star" avec sa flamboyance habituelle, y compris en tant que danseur avec d'impeccables grand-écarts, puis le public envahit peu à peu la scène. Il termine torse-nu et part à travers les allées. 100% princier.

 

3.
Tupac réunit... Kiss en 1996

Revoir le rappeur Tupac Shakur, disparu en septembre de cette année là, est un vrai petit plaisir en soi. Le voir plaisanter avec naturel sur le côté apprêté et coincé des Grammys, encore plus. "Nous sommes fatigués de tout ça, nous avons besoin de quelque chose de nouveau, il faut choquer les gens. Alors choquons les gens", lance-t-il avant que ne surgissent sur scène les affreux du groupe de rock Kiss grimés comme jamais. En fait comme quinze  ans plus tôt plus exactement puisque cette apparition marquait la reformation des quatre Kiss depuis le départ de Peter Criss. 

4.
Springsteen, Costello, Grohl & Co jouent "London Calling" du Clash en 2003

Joe Strummer, le leader du groupe punk anglais Clash venait de disparaître en décembre de l'année précédente des suites d'une malformation cardiaque. Pour lui rendre hommage, Bruce Springsteen, Elvis Costello, Dave Grohl et Little Steven délivrent une version furibarde et plutôt inattendue aux Grammys de "London Calling", titre emblématique du groupe anglais. Jubilatoire (et mieux en montant le son).

5.
Ol'Dirty Bastard du Wu-Tang Clan nous fait une "Kanye" en 1998

Non, Kanye West n'est pas le premier rappeur à avoir interrompu une cérémonie abruptement pour manifester son mécontentement. Ol'Dirty Bastard du Wu-Tang Clan, disparu en novembre 2004, l'avait précédé. Déçu que le Wu-Tang Clan ait été écarté au profit de Puff Daddy pour le Meilleur album, il s'empare du micro à l'arrivée du lauréat suivant et commence par souligner avoir dépensé "beaucoup d'argent" pour sa tenue parce qu'il pensait que son groupe allait gagner. Et il fait cette brève déclaration aussi amusante que touchante, devenue légendaire: "Le Wu-Tang c'est pour les enfants. Nous éduquons les enfants. Puffy est bon, mais Wu-Tang est le meilleur. Je suis ODB et je vous aime tous. Peace."

 

6.
Stevie Wonder et Bob Dylan font la paire en 1984

Ces deux monuments dans un numéro irrésistible de remise d'un prix, ce n'est pas si courant. Stevie Wonder plaisante et s'amuse à déchirer ses fiches (qu'il ne voit de toutes façons pas) avant d'inviter le public à départager les 5 nominés à l'applaudimètre. Dylan reste bien entendu très pince sans rire derrière ses lunettes de soleil. Enfin, le duo se retrouve légèrement embarrassé après avoir dévoilé le vainqueur de la chanson de l'année, The Police pour "Every breath you take" (face à "Billy Jean" de Michael Jackson quand même !). En effet Sting et son groupe ne sont pas là. Wonder et Dylan s'engagent alors à ramener le Grammy chez eux.
 

7.
Eminem joue "Stan" avec Elton John en 2001

Cet attelage était inattendu aux Grammys. Alors que le rappeur controversé de Detroit était accusé depuis des mois d'homophobie, la présence d'Elton John venu intepréter "Stan" avec lui au piano offrait un démenti à ses détracteurs. Surtout un bel exemple de main tendue et de courage de la part d'Elton John, critiqué pour s'être affiché avec Eminem. A la fin du morceau, les deux se prennent dans les bras.