"Bella ciao" : des résistants italiens à Maître Gims, la riche histoire d'une chanson culte

@Culturebox

Journaliste pour Culturebox et les JT de France 2

Mis à jour le 14/06/2018 à 18H57, publié le 14/06/2018 à 17H16
"La Casa de Papel", la série espagnole qui a fait (re)découvrir la chanson "Bella Ciao"

"La Casa de Papel", la série espagnole qui a fait (re)découvrir la chanson "Bella Ciao"

© Netflix

"Bella ciao" est le tube du moment. Trois versions différentes figurent dans les meilleures ventes dont celle de Maître Gims. La chanson n’est pourtant pas une nouveauté : elle fut un chant des résistants italiens, puis même celui des ouvrières dans les rizières outre-alpes. Elle est redevenue à la mode grâce à une série télé... espagnole. "Bella ciao", la longue histoire d'un drôle de tube.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1251687@Culture

Reportage : N.Lemarignier / J.M. Mier / H.Horoks / L.Bourdu

La chanson des résistants italiens pendant la seconde guerre mondiale

En 1944, les partisans italiens combattent contre l'occupant nazi après la chute de Mussolini. Et "Bella ciao" est leur chant de lutte. Le refrain semble provenir d'une musique klezmer, dont la trace la plus ancienne remonte à 1919. Cette année-là, elle est enregistrée à New York par Mishka Ziganoff, un musicien tzigane originaire d'Ukraine. Comment les partisans communistes ont-ils eu vent de cette musique ? C'est un mystérieux médecin envoyé par Moscou auprès des résistants italiens qui leur aurait fait découvrir cette mélodie. Les paroles, elles, s'inspirent d'une chanson italienne "Fior di tomba". La "Fleur de tombe" va devenir la "Fleur des Partisans".

Un matin, je me suis réveillé
Et l'envahisseur était là.

Ô partisan emporte-moi
Je me sens prêt à mourir.

Et si je meurs, ô partisan
Tu devras m'enterrer là-haut sur la montagne à l'ombre d'une belle fleur.

Et les gens, ils passeront
Et diront 'Oh quelle belle fleur'.

Cette fleur est la fleur du partisan
Mort pour la liberté.

Paroles simplifiées de "Bella Ciao", version des Partisans italiens.

Après la guerre, la jeunesse de gauche va exporter "Bella ciao" dans le monde entier lors des grands rassemblements comme le Festival Mondial de la Jeunesse et des Etudiants à Prague en 1947. Les paroles universelles de la chanson vont lui assurer un succès international, comme l'explique Bertrand Dicale, historien de la chanson. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1251735@Culture

Le chant de lutte des mondines ?

Après la seconde guerre mondiale, en même temps que la chanson des partisans, une autre version de "Bella ciao" est apparue. Celle-ci est interprétée par Giovanna Daffini. Le texte, très différent, a été écrit en 1951 par Vasco Scansani. Ce désherbeur de rizières aurait mélangé les paroles de différents chants de lutte des "mondines" qui datent du début du XXe siècle. Les mondines, ce sont les ouvrières des rizières italiennes qui subissaient des conditions de travail particulièrement difficiles. Avec le temps, une confusion s'est installée, laissant croire que les ouvrières de 1900 avaient inspiré les résistants de 1944. Les deux versions de "Bella ciao" ont pourtant bien été créées à peu près en même temps. La chanson des mondines étant même postérieure à celle des partisans.  

Le matin, à peine levée
À la rizière je dois aller

Et entre les insectes et les moustiques
Un dur labeur je dois faire

Le chef debout avec son bâton
Et nous courbées à travailler

O Bonne mère quel tourment
Je t'invoque chaque jour

Et toutes les heures que nous passons ici
Nous perdons notre jeunesse

Mais un jour viendra que toutes autant que nous sommes
Nous travaillerons en liberté.

Paroles simplifiées de "Bella Ciao", version des Mondines
Les Mondines, ouvrières saisonnières des rizières italiennes. 

Les Mondines, ouvrières saisonnières des rizières italiennes. 

Un nouveau succès grâce à "La Casa de Papel" et Maître Gims

En 2017, la série espagnole "La Casa de Papel" diffusée sur Netflix est devenue un succès mondial. L'histoire raconte comment un groupe de voleurs sympathiques organise le braquage de l'Imprimerie Nationale de la Monnaie et du Timbre à Madrid sous la houlette d'un personnage énigmatique, "Le professeur". Retranchés à l'intérieur du bâtiment, les gangsters "résistent" à leur façon et leur chant de ralliement n'est autre que "Bella ciao". 

Maître Gims accompagné de la chanteuse Vitaa, de son petit frère Dadju et de Slimane, a été l'un des premiers à surfer sur le succès de "La Casa de Papel". Sa "Bella ciao" propose toutefois des paroles différentes des versions historiques. Plusieurs DJ se sont aussi emparés de la mélodie, en laissant de côté le message politique. C'est bien le sort des grands chants populaires, comme nous le confirme l'historien de la chanson Bertrand Dicale. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1251779@Culture