A Nice, Madonna calme le jeu face à Marine le Pen

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 22/08/2012 à 09H18
Madonna à Nice (21 août 2012)

Madonna à Nice (21 août 2012)

© Valéry Hache / AFP

En concert mardi à Nice, Madonna a renoncé à porter une croix gammée sur le visage de Marine Le Pen dans un clip diffusé lors de son « MDNA Tour », calmant ainsi la polémique alors que le FN menaçait de déposer une nouvelle plainte

https://videos.francetv.fr/video/NI_131925@Culture

 

La vidéo accompagnant la chanson « Nobody Knows Me », qui a été projetée vers 23h30 au stade Charles-Ehrmann, montrait toujours furtivement le visage de la présidente du Front national, mais un point d’interrogation avait remplacé la croix gammée.

Marine Le Pen était apparue affublée de l’emblème nazi lors du premier concert de la tournée mondiale de Madonna à Tel-Aviv le 31 mai. La dirigeante du parti d’extrême droite avait prévenu que si la star "fai(sai)t ça en France, on l'attendra(it) au tournant". Le 14 juillet, au Stade de France, la chanteuse américaine avait pourtant récidivé, et une plainte pour injure avait été immédiatement déposée. Le FN avait prévenu que si elle recommençait à Nice, il n'hésiterait pas à  saisir de nouveau la justice.

Sur cette vidéo de fan tournée à Nice, un point d'interrogation remplace la croix gammée sur le front de Marine Le Pen

Sur cette vidéo de fan tournée à Nice, un point d'interrogation remplace la croix gammée sur le front de Marine Le Pen

© Madomanx/Youtube

Le FN se réjouit
"A ma connaissance, Madonna n'avait jamais changé un clip. C'est la preuve  que nos arguments ont porté. C'est une excellente nouvelle", a réagi à l'issue du concert, Gaël Nofri, responsable niçois du FN. Jeudi soir, des militants frontistes de la Côte d'Azur avaient recouvert des affiches du concert de Madonna par d'autres de Marine Le Pen.

"Libérez les Pussy Riot !" a clamé la "Madone" en plein concert, engageant  la foule à marteler ce slogan tatoué sur ses bras. "Le vrai enjeu, c'est la liberté, et pas seulement pour les Pussy Riot", avait-elle lancé un peu plus tôt, en rappelant qu'elle donnait son "dernier show en Europe avant de mettre le cap sur l'Amérique".

"J'ai vu des choses très effrayantes", de "l'intolérance", a-t-elle dit, avant d'appeler à défendre "la dignité humaine", car "chaque être humain mérite d'être traité à égalité".

Les billets du show niçois bradés sur internet
Avant comme après le concert, les inconditionnels de Madonna ne montraient  guère d'intérêt pour la polémique frontiste. "La politique, c'est pas pour ça qu'on est là. Nous, on vient pour le  show", assurait en début de soirée Marco, 40 ans, fan de la "Madone" depuis l'âge de 11 ans.

A Nice, comme au Stade de France, Madonna n’avait pas rempli les gradins. Juste avant le concert, les billets avaient pourtant été bradés sur internet, tandis que les Galeries Lafayette de Nice offraient deux places pour l’achat d’une carte de fidélité à 7 euros. Et France Bleu Azur a rapporté que la production avait remis à la Métropole niçoise 4600 places pour organiser un tirage au sort au profit des 12.000 employés de ses 46 communes.

Le "MDNA Tour" doit s'achever début 2013 en Australie où la star ne s'est pas produite depuis 20 ans. Pendant cette neuvième tournée mondiale, Madonna, qui vient de fêter ses 54  ans, doit donner plus de 80 spectacles dans une trentaine de pays.