New York Fashion Week féminine : Philipp Plein, le poil à gratter de la mode

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 13/02/2019 à 09H14, publié le 12/02/2019 à 09H52
Philipp Plein ah 2019-20, à New York, février 2019.

Philipp Plein ah 2019-20, à New York, février 2019.

© Angela Weiss / AFP

Le créateur allemand Philipp Plein, adepte des shows événements, n'a pas déçu les adeptes du bling-bling. Champagne, célébrités et concert de rap étaient au menu de ses deux défilés : Billionaire et Philipp Plein. Tout comme le show de Sies Marjan, marque de prêt-à-porter de luxe lancée en 2016 mais déjà une des plus courues de la semaine new-yorkaise, placée sous le signe du cristal.

Le choix du lieu où se déroule le défilé n’est jamais anodin ! Si la sobriété - pour une question de coût - est de mise pour de nombreux créateurs, d'autres marques rivalisent d'audace à chaque saison et la semaine de la mode new-yorkaise ne fait pas figure d'exception. 

Philipp Plein, deux défilés le temps d'un dîner

Une fois n'est pas coutume, le Munichois Philipp Plein avait délaissé les grands espaces dépouillés pour un restaurant au coeur de Manhattan, The Grill. Depuis ses débuts, il y a un peu plus de dix ans, il veut en mettre, chaque saison, plein la vue. Ses invités, plus de 200 personnes, ont eu droit à du champagne à volonté, des huîtres le temps d'un cocktail, puis un dîner assis, le temps de voir les deux défilés de la soirée. Un concept adopté quelques jours plus tôt par la marque de prêt-à-porter Rag & Bone, qui avait choisi un dîner avec des personnalités portant ses vêtements pour s'affranchir des codes de la Fashion Week.
Philipp Plein ah 2019-20, à New York, en février 2019

Philipp Plein ah 2019-20, à New York, en février 2019

© Angela Weiss / AFP
Le premier show de Philipp Plein pour sa marque Billionaire - créée par l'ancien patron de Formule 1 Flavio Briatore et qu'il a rachetée - avec mini-concert de soul, a été suivi du défilé pour l'enseigne Philipp Plein, version automne-hiver 2019-20. Pour le second, le créateur allemand a gardé sa ligne directrice, celle d'une mode voyante, pierres brodées, larges ceintures, doudoune jaune fluo, mini-shorts en cuir et costume recouvert d'imprimés militaires.
Billionaire ah 2019-20, à New York, février 2019

Billionaire ah 2019-20, à New York, février 2019

© Angela Weiss / AFP
Philipp Plein reste ignoré des grands noms de la Fashion Week et évolue, à New York, dans une dimension à part. Il assume pleinement sa différence, qu'il revendique même, se présentant comme le poil à gratter de la mode. Ses mannequins ont défilé au son de la musique électronique et du rock, notamment le morceau "Cocaine" d'Eric Clapton, sous les yeux de Paris Hilton et de l'acteur Mickey Rourke, tandis qu'un drone survolait la salle. 

Sies Marjan : sous le signe du cristal

Le défilé de cette marque de prêt-à-porter de luxe, lancée en 2016 seulement mais déjà une des plus courues de la semaine new-yorkaise, a lui aussi été placé sous le signe du bling-bling mais il s'agissait de cristal. Parterre jonché de millions d'éclats scintillants, et deux tenues créées en collaboration avec le joaillier Swarovski. Si le directeur créatif néerlandais Sander Lak a indiqué dans ses notes de collection vouloir sortir de sa "zone de confort", les couleurs vives et les pastels qui ont fait sa réputation n'ont pas disparu, mises en valeur par des tenues souvent monochromes aux formes fluides accentuées par des drapés.
Sies Marjan automne-hiver 2019-20, à New York, février 2019

Sies Marjan automne-hiver 2019-20, à New York, février 2019

© PIXELFORMULA/SIPA