La Fashion Week de retour à Paris avec l’automne-hiver 2018-19

Corinne Jeammet
Par @CocoJeammet
Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 27/02/2018 à 08H02, publié le 26/02/2018 à 18H07
Akris printemps-été 2018, à Paris, octobre 2017

Akris printemps-été 2018, à Paris, octobre 2017

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

La Fashion Week promet d'être scrutée. Huit journées bien remplies au cours desquelles se succèdent 78 défilés et 30 présentations pour le prêt-à-porter automne-hiver 2018-19. Top départ sur les podiums le 26 février à 20h jusqu'au 6 mars 2018, Paris prend le relais de New York, Londres et Milan.

Ce calendrier chargé constitue un véritable marathon pour les journalistes et acheteurs présents avec des défilés dans le calendrier "off", des présentations en showrooms, des expositions et des ouvertures de boutiques…

C'est le créateur Jacquemus qui ouvre ce 26 février la PFW dans laquelle on note le retour dans le calendrier de la griffe française A.P.C. créée par Jean Touitou. Serge Cajfinger revient chez Paule Ka après 3 ans consacrés à des projets personnels. La marque ne défile pas mais shoote cette nouvelle collection. Elle montrera son travail lors de la prochaine semaine de la mode. A noter également des stylistes qui changent de maison : chez Céline, Hedi Slimane succède à la Britannique Phoebe Philo, directrice artistique depuis 2008. Le styliste français, nommé directeur de la création artistique et de l'image, va étendre l'univers de la griffe à la mode masculine, a annoncé le groupe LVMH qui détient la marque parisienne depuis 1996. Pas de défilé mais une présentation en off. Le premier défilé d'Hedi Slimane est prévu pour septembre. On enregistre aussi dans le mercato Yolanda Zobel chez Courrèges et Casey Cadwallader chez Mugler, qui ne défilent pas cette saison. A noter l'annulation en dernière minute du défilé Pascal Millet, pour cause d’ouverture de son capital à de nouveaux investisseurs. 

Premiers podiums pour Marine Serre, Poiret, Beautiful People et Anais Jourden

Outre les grands noms qui font sa réputation, la Paris Fashion Week accueille chaque saison de nouveaux venus dans le calendrier officiel. 

Marine Serre, créatrice basée à Paris, est née en Corrèze. Elle sort diplômée en 2016 de l'école de La Cambre à Bruxelles. Elle a participé à l'exposition Les Belges : Une histoire de mode inattendue au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. En 2017, sa collection Radical Call for Love est sélectionnée simultanément pour le Festival d'Hyères, le Prix ANDAM et le Prix LVMH (qu’elle gagne). En octobre 2017, elle présente une collection intitulée Cornerstones printemps-été 2018, coïncidant avec l'établissement de son label homonyme. Elle poursuit son approche hybride, combinant des codes différents, en ignorant les frontières entre RTW (ready to work), couture et sportswear pour un nouveau functionalwear.

La créatrice Marine Serre

La créatrice Marine Serre

© Pepjn van eeden
Acquise par le groupe coréen Shinsegae, la maison Poiret présente son prêt-à-porter dessiné par Yiqing Yin. "Je souhaite faire de Poiret une maison narratrice de rencontres et d’émotions, le territoire d’un nouveau luxe contemporain placé sous le signe du dialogue avec son époque. Au cœur de mon projet figure une philosophie sensible du vêtement et des coupes, prolongeant le geste de Paul Poiret qui au début du XXe siècle, libérait le corps et l’esprit des femmes" indique la directrice artistique. Le couturier français Paul Poiret enlève le corset à la femme. Dans son sillage, Yiqing Yin embrasse la sensualité paradoxale et subtile de l’oversize. Les sacs, les bijoux, les chaussures, prolongent cet état d’esprit au sein d’un projet de garde-robe complète.  
La créatrice Yiqing Yin

La créatrice Yiqing Yin

Né en 1974 au Japon, le designer Hidenori Kumakiri est diplômé du Bunka Fashion College à Tokyo. Après un passage comme modéliste chez Comme des Garçons, il lance Beautiful People en 2007. La marque présentait jusqu’alors son travail en marge du calendrier. Son concept : accorder toute son attention aux belles personnes… "Nous ne pouvons pas toujours changer le monde mais nous pouvons choisir comment nous le voyons. Tout est magnifique" indique le créateur chez qui le style français rencontre l'intrépidité du Japon.
Hidenori Kumakiri, le créateur de Beautiful People 

Hidenori Kumakiri, le créateur de Beautiful People 

© Courtesy of Beautiful People

La griffe Anaïs Jourden (connue sous le nom de Jourden) a été fondée en 2012 par Anaïs Mak. Née à Hong Kong, où cette marque de luxe est basée, elle a étudié au Studio Berçot à Paris. C'est en apprenant auprès des artisans et tailleurs locaux que compte la ville de Hong Kong - et en repoussant leurs limites - que la créatrice a affiné son esthétique. Les codes vestimentaires traditionnels de la bourgeoisie de Hong Kong dans laquelle la créatrice a été élevée sont à la base de l’élaboration de la silhouette Jourden. Le label est présent à Paris et à Londres. Jourden a fait partie des semi-finalistes du Prix LVMH 2015, et a été la gagnante du Who is Next 2015 organisé par le Vogue Italia.

Anais Mak, la créatrice de Jourden

Anais Mak, la créatrice de Jourden

© Courtesy of Jourden

Designers Apartment, tremplin pour jeunes talents

Pour aider les jeunes créateurs à se faire connaître, la Fédération de la Couture et de la mode, organisatrice de la Fashion Week, a mis en place depuis 2012 un showroom. Il se tient du 27 février au 6 mars au Palais de Tokyo. Pour sa 12e édition, 13 créateurs ont été retenus : Afterhomework (Paris), Coralie Marabelle, DA/DA Diane Ducasse, Dawei, Kenta Matsushige, Mazarine, Quoi Alexander, Proëmes de Paris et Savoar Fer. Nouveaux venus : Arthur Avellano, Clara Daguin, GNDR et Nïuku.
Designers Apartment 2018

Designers Apartment 2018

© Courtesy of Designers Apartment
De cet incubateur, dont l’accompagnement se poursuit au–delà du showroom, ont émergé entres autres : Yiqing Yin, Christine Phung, Y/Project, Koché, AVOC et Wanda Nylon. Certaines de ces marques ont été primées par l’ANDAM, d'autres ont intégré le calendrier officiel des collections ou celui de la haute couture. L’une d’entre elles a même été labellisée.

Dans le même temps, la Fédération présente l’opération Passerelle qui fait aussi partie de sa politique de soutien à la jeune création. Cinq créateurs français ou internationaux exposent une silhouette iconique de leurs premières collections : Gagan Paul, Hyun Mi Nielsen, Mossi, Rouge Margaux et 9-1PPM.

Margiela, objet de deux expositions parisiennes 

La Fashion Week coïncide aussi avec l'ouverture le 3 mars au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris, d'une exposition consacrée à Martin Margiela, "Margiela Galliera 1989/2009". Le créateur belge, aussi énigmatique qu'influent, sera aussi à l'honneur avec une rétrospective consacrée à ses années à la tête de la direction artistique de la maison Hermès de 1997 à 2003, à partir du 22 mars, au Musée des Arts décoratifs.