"Je suis couturier" : l'exposition-hommage à Azzedine Alaïa, un créateur au-delà des modes

Par @CocoJeammet
Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox
Mis à jour le 24/01/2018 à 08H18, publié le 24/01/2018 à 08H12
Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture 1981 et 1983

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture 1981 et 1983

© Corinne Jeammet

"Je ne suis pas un designer, ni un styliste, je suis un couturier" aimait répéter Azzedine Alaïa, disparu en novembre 2017. L’exposition Azzedine Alaïa "Je suis couturier" rassemble 40 créations de 1981 à 2017 choisies par l'historien de mode Olivier Saillard. Des robes, à l'architecture maîtrisées, incroyablement actuelles. Bluffant !

Des vêtements, Azzedine Alaïa disait : "j'aime ceux qui restent beaux et éternels, ceux qui ne sont pas perturbés par des détails, des ornements ou des couleurs qui les vieillissent prématurément. Ceux qui sont les plus simples et les plus difficiles à réaliser !". 

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture été 2013

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture été 2013

© Corinne Jeammet

Ces robes, véritables oeuvres présentées ici, sont incontestablement l'aveu du désir d'éternité du couturier. Intemporelles, elles ne sont pas marquées par le temps et restent d'actualité. "Entre les pièces de 1981, celles de 1995 ou 2017, je défie quiconque de pouvoir trouver les dates", lance le commissaire de l'exposition, l'historien de la mode Olivier Saillard. 

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : été 1991  

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : été 1991  

© Corinne Jeammet

Principalement en noir profond et blanc optique (souvenir des blancs de craie ou de plâtre de ces années d'études à l'Ecole des Beaux Arts de Tunis), ces modèles, architecturés, sont montés sur des bustes transparents, qui donnent l'impression que les robes flottent.

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : hiver 2007 et été 2010

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : hiver 2007 et été 2010

© Corinne Jeammet

En 2013, Olivier Saillard, avait conçu et organisé la première rétrospective Azzedine Alaïa au Palais Galliera dont il était le directeur et avait alors indiqué : "De toute les oeuvres de couturier celle de Azzedine Alaia est à mes yeux la plus intacte, la plus intouchée. Parce que nés de ses mains, les robes ou les manteaux continuent de garder des années plus tard le charme vrai de l’éclosion. Face à eux, on ne devient plus conservateur mais on se veut protecteur…".

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture été 2003 + hiver 2008

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture été 2003 + hiver 2008

© Corinne Jeammet

Cette exposition permet de découvrir ce qui avait fait d'Alaïa une des personnalités les plus adulées du monde de la mode : sa maîtrise de la coupe, de la couture, de l'ajustement et son utilisation de formes et matériaux innovants.

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture hiver 2017

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture hiver 2017

© Corinne Jeammet

Rue de la Verrerie, le siège de la future fondation

L’exposition se tient rue de la Verrerie où le couturier vivait et travaillait. C’est aussi dans ce lieu qu’il avait prévu de créer sa Fondation, afin que son travail, ainsi que les oeuvres de ceux qu’il admirait et qu’il avait collectionnés tout au long de sa vie, soient archivés et mis à disposition pour des projets de recherche et des expositions. Jamais montrées, ces créations ont vocation à être exposées par l'association. Une collection qui regroupe "des milliers de pièces", précise encore Olivier Saillard.

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture hiver 2017.

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : couture hiver 2017.

© Corinne Jeammet

"Puisse cette exposition, première d'une longue série programmée par l'Association Alaïa révéler l'ambition de celui, qui, toute sa vie, a toujours été fier de dire de lui-même : je suis couturier" indique Olivier Saillard dans une note remise au public. 

La Fondation "abritera tous les trésors de la Maison et de son créateur", avec des expositions régulières sur l'histoire de la mode, une bibliothèque et les oeuvres acquises par le créateur au cours de sa vie. Elle attribuera également des bourses à des jeunes talents visionnaires de la mode. 

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : hiver 1991

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : hiver 1991

© Corinne Jeammet

Une exposition au musée du design de Londres

A l'étranger, le couturier sera célébré via une exposition au Musée du design de Londres. Intitulée "Azzedine Alaïa, le couturier", cette exposition - du 10 mai au 7 octobre - avait été initialement conçue avec Alaïa lui-même, le styliste ayant participé à la sélection des 60 créations qui y seront présentées. "Azzedine Alaïa a été reconnu tout au long de sa vie comme un maître couturier qui a exprimé la beauté intemporelle des formes féminines au niveau le plus raffiné de la haute couture", avait souligné le Design Museum en décembre 2017 avant d'ajouter "Cette exposition unique conçue par Alaïa lui-même, explorant sa passion et son énergie pour la mode telle qu'il l'avait voulue".

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : modèle couture hiver 2017.

Azzedine Alaïa "Je suis couturier" : modèle couture hiver 2017.

© Corinne Jeammet