Fashion Week de Milan : Gucci transforme son podium en laboratoire et invente le "Cyborg Gucci"

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/02/2018 à 08H44, publié le 22/02/2018 à 08H41
Gucci ah 2018-19, à Milan, en février 2018

Gucci ah 2018-19, à Milan, en février 2018

© Filippo MONTEFORTE / AFP

Gucci a offert un show époustouflant à la Fashion Week de Milan. Le Gucci Hub, QG milanais de la marque, s'est transformé en bloc opératoire pour accueillir un être hybride : le "Cyborg Gucci". Outre la semaine de la mode, les stars étaient venues nombreuses passer en revue trente ans de stylisme italien lors de l'inauguration de l'exposition "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001".

Un défilé attendu par les invités qui avaient reçu une invitation sous forme de minuterie orange avec compte-à-rebours en chiffres lumineux rouge. La promesse d'Alessandro Michele, le directeur artistique de la maison Gucci, a été tenue : le défilé a commencé à l'heure, du jamais vu dans l'histoire de la mode, et surtout, des collections mixtes mélangeant les genres ont créé l'événement. Le Gucci Hub, quartier général milanais de la marque s'est transformé en bloc opératoire : murs recouverts de PVC vert, lumière au néon blanc et fauteuils prêts pour l'intervention au centre de l'espace où défilaient les mannequins hommes et femmes, le tout sur fond de musique et de bip bip d'électro-cardioscope. 
Gucci automne-hiver 2018-19, à Milan, en février 2018

Gucci automne-hiver 2018-19, à Milan, en février 2018

© Getty Images
L'univers d'Alessandro Michele est hyper référencé : la présentation écrite du show cite Michel Foucault sur la question de la régulation de l'identité sociale comme instrument de contrôle des masses. Face à cela, la collection se propose de casser les genres, et d'inventer un être hybride, un "Cyborg Gucci". Cette créature biologiquement indéterminée exprime son identité multiple à travers des vêtements qui évoquent tous les continents, croisent les époques et mixent les emblèmes de la pop culture : ici un chapeau pagode associé à un ensemble complet, un total look en dentelle flanqué d'une broderie New York Yankees ; là un passe-montagne de ski en maille surmonté d'un turban en jacquard porté avec une veste en lurex doré ou une robe en velours bordeaux tout droit sortie d'un tableau de Piero della Francesca.
Gucci ah 2018-19, à la Fashion Week de Milan, en février 2018.

Gucci ah 2018-19, à la Fashion Week de Milan, en février 2018.

© Getty Images
Les mannequins ont parfois un troisième oeil, tantôt un bébé dragon ou leur propre tête dans les bras comme accessoire dernier cri. "Ce qui me touche c'est à la fois le talent mais aussi la dose d'humour et d'autodérision de la part d'Alessandro Michele. Sa collection est tellement riche, il faudrait avoir le temps de la décortiquer pour en comprendre tous les enjeux" a déclaré Chiara Mastroiani à l'AFP à la sortie du défilé.
Gucci ah 2018-19, à la Fashion Week de Milan, en février 2018

Gucci ah 2018-19, à la Fashion Week de Milan, en février 2018

© Getty Images

30 ans de stylisme italien dans une exposition

Autre événement l'inauguration de l'exposition événement de cette Fashion Week. Donatella Versace, Giorgio Armani, Pierpaolo Piccioli, Silvia Venturini Fendi ou Jean-Paul Gaultier... Ces stars de la mode étaient présentes pour passer en revue trente ans de stylisme italien.
Visuel de l’exposition "Italiana. L'Italia vista dalla mode 1971-2001

Visuel de l’exposition "Italiana. L'Italia vista dalla mode 1971-2001

© Oliviero Toscani, édito « Unilook", L’Uomo Vogue n°15, décembre 1971 - janvier 1972. Courtesy Archive Condé Nast Italia
Produite par la Chambre nationale de la mode italienne, l'exposition "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" (du 22 février au 6 mai) explore ces trois décennies, qui ont donné naissance au prêt-à-porter et au Made In Italy, incarné par les grands stylistes italiens. "Il n'y a pas d'intention nostalgique mais au contraire la fierté et la volonté de célébrer la mode italienne et d'en restituer la complexité", a déclaré Maria-Luisa Frisa, commissaire de l'exposition avec Stefano Tonchi. "La mode italienne est un laboratoire créatif qui a généré des mondes, défini des individualités fortes, apporté un point de vue sur la contemporanéité et qui continue de le faire aujourd'hui", a-t-elle ajouté. 
Expo "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" à Milan, février 2018

Expo "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" à Milan, février 2018

© Miguel MEDINA / AFP
Identité, démocratie, logo, diorama, l'Italie des objets... Neuf salles autour de neuf thèmes, font dialoguer des vêtements d'archives de grandes maisons comme Missoni, Armani, Versace mais aussi Krizia, Romeo Gigli, Gianfranco Ferrè. L'exposition est jalonnée par les photographies d'Oliviero Toscani, Paolo Roversi ou encore les oeuvres des artistes Alighiero Boetti et de Vanessa Beecroft. 
Expo "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" à Milan, février 2018

Expo "Italiana. L'Italie vue par la mode 1971-2001" à Milan, février 2018

© MIGUEL MEDINA / AFP
Tasses, tapis de chien ou vases flanqués de logos des marques de mode... Rien d'anormal en 2018 mais cette incursion des griffes dans les objets du quotidien fût, dans les années 80, une petite révolution que raconte aussi l'exposition. Le reflet des visiteurs dans les grands miroirs de Michelangelo Pistoletto, posés au sol d'une des salles de l'exposition, achève de créer la continuité entre la mode d'hier et celle d'aujourd'hui.