L'Union européenne confirme l'exclusivité des semelles rouges de Louboutin

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 12/06/2018 à 17H30, publié le 12/06/2018 à 11H46
Des escarpins Louboutin aux piseds de l'actrice Kate Beckinsale 

Des escarpins Louboutin aux piseds de l'actrice Kate Beckinsale 

© Frederick M. Brown / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Après la Cour d’appel de Paris la semaine dernière, la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) a reconnu mardi que le chausseur de luxe français Christian Louboutin peut prétendre à l'exclusivité de ses célèbres semelles rouges, car une couleur peut être déposée et enregistrée comme une marque.

Contrefaçon néerlandaise

"Une couleur peut être déposée comme une marque", ont considéré les juges européens dans un arrêt appelé à s'imposer aux Pays-Bas où Louboutin avait attaqué une société néerlandaise pour contrefaçon. Pour les juges européens, la marque porte sur la couleur et non sur la forme du produit.

La société néerlandaise Van Haren, attaquée par Louboutin pour avoir commercialisé en 2012 des chaussures avec une semelle rouge, soutenait que la combinaison chaussure pour femme à talon haut et semelle rouge enregistrée par la société Louboutin était contraire à la législation européenne sur les marques.

L'avocat général de la CJUE Maciej Szpunar avait donné raison en février au chausseur néerlandais, mais ses conclusions n'ont pas été suivies par la Cour.

Louboutin satisfait

Les juges considèrent que "la marque ne porte pas sur une forme spécifique de semelle de chaussures à talons hauts, la description de cette marque indiquant expressément que le contour de la chaussure ne fait pas partie de la marque, mais sert uniquement à mettre en évidence l'emplacement de la couleur rouge visée par l'enregistrement".

"C'est une pleine victoire et une très grande satisfaction", ont déclaré à l'AFP les représentants de Louboutin. La justice néerlandaise doit encore statuer sur l'accusation de contrefaçon portée contre le chausseur Van Haren