L’art traditionnel japonais du Furoshiki, à découvrir et à tester sur le Parvis de l’hôtel de Ville à Paris

Mis à jour le 01/11/2018 à 20H22, publié le 01/11/2018 à 13H04
Le Furoshiki géant installé sur le parvis de l'hôtel de Ville de Paris, 31 octobre 2018

Le Furoshiki géant installé sur le parvis de l'hôtel de Ville de Paris, 31 octobre 2018

© Alessandro de Bellegarde. Sogendo Inc.2018

En parallèle de Japonismes 2018 célébrant les 160 ans des relations diplomatiques franco-japonaises, Tandem Paris-Tokyo 2018 propose des rendez-vous culturels à la découverte des traditions japonaises. Le Furoshiki, technique d'emballage traditionnelle avec du tissu utilisée depuis le VIIIe siècle, est à l'honneur en format géant sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Dessous se cache une exposition !

À l'image d'un cadeau emballé d’un Furoshiki géant, un pavillon éphémère rectangulaire est dressé sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Paris. Cette technique ancestrale de pliage avec un tissu décoré pour emballer cadeau, vêtement ou tout autre objet, incarne, entre autres, le sens de l’hospitalité japonaise.

Ce Furoshiki aux motifs rouges circulaires sur fond blanc y est installé jusqu'au 6 novembre de 10h à 19h. Il a été conçu par l'architecte Tsuyoshi Tanen, prix NAJAP des jeunes architectes décerné par le ministère français de la Culture.
Statue "La science" devant l'Hôtel de Ville de Paris parée d'un Furoshiki

Statue "La science" devant l'Hôtel de Ville de Paris parée d'un Furoshiki

© Corinne Jeammet
Dès l'arrivée sur le Parvis, on plonge immédiatement dans le sujet : 43 statues représentant des personnalités illustres de l'histoire de Paris, sculptées sur la façade de l'Hôtel de Ville, ont reçu leur petit Furoshiki coloré. 
100 façons d'utiliser le Furoshiki, octobre 2018

100 façons d'utiliser le Furoshiki, octobre 2018

© Corinne Jeammet

Le Furoshiki, l’un des premiers éco-bag

Technique d'emballage traditionnelle avec du tissu, il représente la tradition, l'art mais aussi le savoir-faire écologique du Japon. Alors que des mesures environnementales sont menées mondialement (notamment le rejet des produits à usage unique et en plastique dont on mesure l'impact environnemental désastreux), il est considéré comme le premier eco-bag du monde puisqu’il propose une alternative simple à l’utilisation des emballages.
Des Furoshikis signés Shishu, Rune Naito, Asao Tokolo, Kanako Kinutani 

Des Furoshikis signés Shishu, Rune Naito, Asao Tokolo, Kanako Kinutani 

© Corinne Jeammet
Son origine remonte au VIIIe siècle. Ce nom lui viendrait de l’utilisation qui en était faite aux bains où l’on enveloppait ses vêtements pour les transporter sans les mouiller. Les Japonais utilisent cet accessoire dans leur vie quotidienne pour transporter ou emballer des objets, décorer un cadeau.

Quand les artistes revisitent cette technique ancestrale

La première partie de l'exposition présente divers motifs traditionnels avec une projection vidéo intitulée "Histoire du Furoshiki" démontrant comment ce tissu incarne les règles du savoir-vivre des Japonais depuis toujours. Ensuite, dans une seconde partie, sont exposées des installations artistiques ayant pour thème le "Cycle de la nature".
Les artistes revisitent le Furoshiki, 31 octobre 2018

Les artistes revisitent le Furoshiki, 31 octobre 2018

© Corinne Jeammet
Ici plus de 20 artistes créateurs, peintres, sculpteurs et plasticiens (10 artistes français et 10 internationaux) ont revisité ce tissu : Agnès b., Jean-Michel Alberola, Nicolas Buffe, Jean Paul Gaultier, Constance Guisset, Morihiro Hosokawa, Jean Jullien, Shingo Katori, Kanako Kinutani, Takeshi Kitano, Setsuko Klossowska de Rola, Hiroko Koshino, Yayoi Kusama, Suzanne Lafont, Hakuo Matsumoto, Annette Messager, Rune Naito, Kohei Nawa, Mika Ninagawa, Jean-Michel Othoniel, Kashiwa Sato, Shishu, Hiraku Suzuki, Asao Tokolo et Philippe Weisbecker. 
Les artistes revisitent le Furoshiki, octobre 2018

Les artistes revisitent le Furoshiki, octobre 2018

© Corinne Jeammet
Le Furoshiki d’Agnès b. s’inspire du tampon postal qui tend à disparaître, avec ses vagues ondoyantes de part et d’autre d’un sceau marqué d’une de ses devises "b.green" et d’une Tour Eiffel comme un clin d’œil adressé depuis Paris à la tour de Tokyo. Les ondulations, dont le mouvement fait à la fois référence à l’océan immense et vibrant qui sépare les deux pays et dont elle est proche, symbolisent également la rayure du célèbre T-shirt, emblème de la marque. Les flèches indiquent les directions Est-Ouest et Ouest-Est, ces vents qui favorisent les échanges de la France vers le Japon et inversement…
Le Furoshiki d’Agnès b

Le Furoshiki d’Agnès b

© Corinne Jeammet

Ateliers et démonstrations

La troisième partie de l'exposition consiste en une installation de 100 Furoshikis suspendus par des fils dans les airs. Avec leurs tailles et leurs formats divers, ils présentent les 100 façons d''utiliser ce tissu comme alternative aux sacs plastiques : ici on devine un livre, là un sac, ailleurs une bouteille, une boîte...  
100 façons d'utiliser le Furoshiki

100 façons d'utiliser le Furoshiki

© Corinne Jeammet
Enfin, au fond du pavillon, sur une grande table des tutoriels sur Ipads permettent d'apprendre cet art du cadeau. Devenez un expert dans l'art du nouage de Furoshiki ! 
Un tutoriel pour apprendre à manier l'art du Furoshiki

Un tutoriel pour apprendre à manier l'art du Furoshiki

© Corinne Jeammet
Jusqu'au 10 novembre, la Maison de la culture du Japon à Paris propose également des ateliers présentent différentes techniques d’emballages traditionnelles utilisées depuis l’ère Edo. Un Furoshiki original dessiné et créé par Shiseido, qui soutient l’événement, est offert aux participants. Les ateliers ont lieu les 2, 10, 17 et 24 novembre de 14h à 15h30 pour les enfants et de 16h à 17h30 pour les plus grands à la Maison de la culture du Japon (101 bis quai Branly 75015). L'entrée est gratuite. De 12h à 20h.