Face au handicap, les stylistes de mode se montrent créatifs et ingénieux

Mis à jour le 16/02/2018 à 19H40, publié le 16/02/2018 à 19H37
Des cache-prothèses "branchés" au musée Cooper Hewitt du design à New York

Des cache-prothèses "branchés" au musée Cooper Hewitt du design à New York

© Don EMMERT / AFP

Le musée Cooper Hewitt du design à New York présente une vingtaine de produits de mode, branchés et chics, adaptés aux handicaps. Aujourd'hui les stylistes conçoivent de plus en plus de produits design destinés à améliorer le quotidien des personnes ayant toutes sortes de handicaps.

Amputé de la jambe droite fin 2014 après un cancer des os, Jerris Madison, photographe de mode habitué aux looks glamour et aux Fashion Week, essayait de s'habituer à porter "une broche de titane" toute sa vie. Jusqu'à ce que les designers de la société canadienne Alleles, qui avaient repéré une photo de lui sur Instagram, lui envoient en 2016 un de leurs cache-prothèses "branchés" à essayer. "Quand j'ai ouvert la boîte, j'ai cru que c'était Noël", a raconté le photographe de 45 ans basé à Los Angeles. "Avant, les gens me regardaient et savaient que j'étais amputé. J'étais gêné. Maintenant ils me voient comme de l'art ambulant.  Ça m'a redonné confiance". 
 

Une exposition au musée Cooper Hewitt du design à New York

"Il y a un foisonnement de design à la fois très fonctionnel et esthétiquement désirable pour les gens ayant toutes sortes de handicaps", souligne Cara McCarty, commissaire d'une exposition au musée Cooper Hewitt du design à New York, qui présente jusqu'en septembre 2018 une vingtaine de produits emblématiques de cette évolution. 

Outre les cache-prothèses d'Alleles aux allures de tatouages géants, vendus à partir de 375 dollars, l'exposition présente des baskets Nike "FlyEase", conçues à la demande d'un étudiant atteint de paralysie cérébrale qui s'enfilent comme des pantoufles grâce à une tirette ouvrant l'arrière. Egalement une canne avec une poignée de couleur qui ne tombe plus quand on la pose contre un mur ainsi qu'une prothèse auditive comme une grande boucle d'oreille.
Des prothèses auditives au musée Cooper Hewitt du design à New York

Des prothèses auditives au musée Cooper Hewitt du design à New York

© Don EMMERT / AFP
Un bracelet qui, couplé à une application GPS pour smartphone, indique le chemin par vibrations, idéal pour personnes malvoyantes ou malentendantes tandis qu'un anorak, inclus dans une ligne de vêtements pour enfants handicapés des magasins américains bon marché Target, s'enfile de multiples façons avec ses côtés ouvrables par bandes agrippantes.
Des cannes au musée Cooper Hewitt du design à New York  

Des cannes au musée Cooper Hewitt du design à New York  

© Don EMMERT / AFP
Pour Caroline Baumann, directrice du musée, le pari est de séduire au-delà du public handicapé, grâce à la praticité des produits. Quand les designers de Target ont conçu l'anorak, "ils pensaient à l'enfant autiste qui a des difficultés à enfiler sa veste mais ce qu'ils ont vu c'est que toutes sortes de gens l'achètent : moi-même je voudrais cet anorak pour mon fils de trois ans, car c'est un combat quotidien de lui enfiler sa parka", dit-elle.

Même conviction chez Keith Kirkland, un ancien de chez Calvin Klein qui a co-conçu le bracelet GPS à vibrations "Wayband" commercialisé fin 2018. Si le bracelet est testé avec des aveugles, dit-il, l'idée est qu'il puisse servir à "quiconque qui ne veut pas avoir à regarder son téléphone pour s'orienter". Le prix - 299 dollars - pourrait baisser car "la raison pour laquelle ces produits sont chers, c'est qu'il faut amortir leurs coûts sur un petit marché", souligne M. Kirkland.
Des produits au musée Cooper Hewitt du design à New York

Des produits au musée Cooper Hewitt du design à New York

© Don EMMERT / AFP

Des produits que les gens aient envie d'utiliser

Ces créateurs tablent sur le vieillissement attendu de la population qui s'accompagne d'handicaps. "Une personne sur trois à partir de 62 ans a des problèmes de vision et cette population doit doubler d'ici 2060", indique M. Kirkland, qui évalue le marché américain des produits technologiques pour malvoyants à 2,8 milliards de dollars aujourd'hui. Pour Matt Kroeker, dont la petite société canadienne Top & Derby a conçu la canne qui ne tombe pas, il faut créer "des produits que les gens aient envie d'utiliser" pas seulement fonctionnels. "C'est comme les lunettes qui, jusqu'à la fin des années 1940, étaient purement utilitaires et sont devenues des accessoires de mode après", dit cet entrepreneur, qui a aussi lancé des chaussettes de contention tendance. 

Mais beaucoup restent introuvables en magasins, étant vendus uniquement en ligne. "Le plus gros obstacle actuellement, c'est que les gens veulent ces produits mais les sociétés qui peuvent les mettre sur le marché sont très réticentes", dit M. Kroeker. "Elles ont dans l'idée que les gens ne sont pas vraiment intéressés (...) On essaie de changer ça". M. Madison espère "contribuer à changer les mentalités" en s'affichant avec ses cache-prothèses dernier cri. "Il s'agit d'en finir avec les stigmates, ne plus avoir à cacher une prothèse auditive ou de jambe, et pouvoir dire simplement : Je peux faire plus de choses avec cet accessoire", dit Mme Baumann.