États-Unis : Gucci offre 500.000 dollars à la manifestation anti-armes

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 24/02/2018 à 16H38
Contre la violence provoquée par la libre circulation des armes aux États-Unis, et contre le puissant lobby NRA (National Rifle Association), des étudiantes du Maryland brandissent des panneaux à Silver Springs, lors d'une marche de protestation (21 février 2018)

Contre la violence provoquée par la libre circulation des armes aux États-Unis, et contre le puissant lobby NRA (National Rifle Association), des étudiantes du Maryland brandissent des panneaux à Silver Springs, lors d'une marche de protestation (21 février 2018)

© Ronald Edwards / CrowdSpark / AFP

Après George Clooney et son épouse, après Oprah Winfrey ou encore Steven Spielberg, la maison de mode italienne Gucci a indiqué qu'elle allait donner 500.000 dollars pour aider des lycéens à organiser une grande manifestation pour des lois plus strictes sur les armes à feu le 24 mars prochain à Washington.

"Nous sommes aux côtés de la +Marche pour nos vies+ et des étudiants courageux à travers le pays qui demandent que leurs vies et leur sécurité deviennent une priorité", a indiqué la société italienne dans un communiqué, vendredi, au site spécialisé Women's Wear Daily, confirmé à l'AFP par une porte-parole de Gucci USA.

"Je suis vraiment ému par le courage de ces élèves", a expliqué Alessandro Michele, directeur de la création de Gucci, au WWD. "Ils ont mon amour et il sera avec eux le 24 mars."

Plusieurs personnalités de Hollywood proposent un soutien financier

Mercredi, George et Amal Clooney avaient été les premières célébrités à annoncer faire don de 500.000 dollars pour aider à organiser cette manifestation, initiée par les étudiants rescapés de la fusillade de Parkland, en Floride, qui a fait 17 morts le 14 février.

Dans la foulée, l'animatrice Oprah Winfrey, le réalisateur Steven Spielberg et son épouse Kate Capshaw, comme le producteur Jeffrey Katzenberg et sa femme Marilyn, avaient promis la même somme.

Il y a quelques jours, en guise de réaction à la nouvelle fusillade meurtrière qui a frappé son pays, Donald Trump a envisagé la possibilité d'autoriser le port d'armes pour les enseignants, suscitant une nouvelle controverse et des réactions hostiles aussi bien côté démocartes que républicains.

Les partisans d'un contrôle plus strict des armes aux États-Unis se mobilisent notamment via les réseaux sociaux.