La marque Dolce & Gabbana boycottée par les sites d'e-commerce chinois après une pub qui choque

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 23/11/2018 à 15H40, publié le 23/11/2018 à 10H49
Concept store Dolce & Gabbana en Chine, novembre 2018

Concept store Dolce & Gabbana en Chine, novembre 2018

© He le / Imaginechina

Les sites de commerce électronique chinois retirent les produits Dolce & Gabbana de leurs plates-formes après une polémique déclenchée par une publicité de la marque de luxe jugée raciste et offensante par des célébrités et sur les réseaux sociaux.

Kaola, plate-forme de e-commerce de NetEase, a confirmé qu'elle avait retiré les produits Dolce & Gabbana. Le détaillant de produits de luxe Secoo a dit avoir supprimé les références de la griffe italienne mercredi soir. Des contrôles effectués par Reuters jeudi ont montré que des pages précédemment liées aux produits Dolce & Gabbana sur les sites de e-commerce hébergés par Alibaba Group et JD.com n'étaient plus disponibles et que les recherches avec le nom de la marque n'aboutissaient pas. Une autre importante plateforme, Suning.com, a confirmé qu'elle ne vendait plus d'articles Dolce & Gabbana depuis l'incident.
 
Interrogés, Alibaba et JD.com et Dolce & Gabbana se sont refusés à tout commentaire. Le marché chinois représente 35% des ventes mondiales de Dolce & Gabbana, selon le cabinet américain Bain & Company.

Une publicité jugée dégradante

La marque a dû annuler cette semaine un défilé de mode à Shanghai en raison de la polémique déclenchée par une publicité mettant en scène une jeune Chinoise à qui l'on fait découvrir la gastronomie italienne et qui tente de manger pizza, spaghetti et canenolli avec des baguettes. 

 


La publicité, qui a généré plus de 120 millions de commentaires, est considérée par les utilisateurs des réseaux sociaux comme offensante pour la deuxième économie mondiale. Des célébrités, comme Zhang Ziyi, star du film "Mémoires d'une geisha", ont critiqué la griffe italienne. D'autres ont jugé condescendante la voix off du narrateur, notamment ses leçons sur l'art de manger avec des baguettes.

Dolce et Gabbana s'excusent et clament leur amour de la Chine

La controverse a encore enflé avec la diffusion sur internet de captures d'écran d'Instagram montrant le designer Stefano Gabbana parlant de la Chine en termes désobligeants. "Nous sommes désolés pour l'impact et le préjudice que ces fausses remarques ont causé à la Chine et au peuple chinois", a déclaré la maison de mode italienne sur Weibo. Dolce & Gabbana a expliqué que son compte Instagram avait été piraté.

Stefano Gabbana et Domenico Dolce ont présenté vendredi leurs excuses "aux Chinois du monde entier" après les avoir ulcérés avec la publication de vidéos et de commentaires jugés racistes. "Nous souhaitons dire à tous les Chinois de par le monde, et il y en a beaucoup, combien nous sommes désolés. Et nous prenons ces excuses et ce message très au sérieux", affirme Gabbana, styliste de la marque, dans une vidéo diffusée vendredi sur le réseau social chinois Weibo. A ses côtés, Dolce réitère qu'ils sont "désolés" et qu'ils ont "beaucoup réfléchi à la polémique". "Nos familles nous ont toujours appris à respecter les différences culturelles et (...) nous demandons votre pardon si nous avons fait des erreurs dans l'interprétation de la vôtre", ajoute-t-il."Nous tirerons les leçons de cette expérience et bien sûr cela ne se reproduira plus", a assuré Gabbana dans la vidéo qui se conclut par les deux responsables disant ensemble en chinois : "désolé".

Respecter la Chine et son peuple

Les appels au boycott de la griffe de luxe se multiplient néanmoins en Chine. "Nous invitons les entreprises étrangères à investir et à se développer en Chine (...) les entreprises travaillant dans le pays doivent respecter la Chine et son peuple", a déclaré sur internet la Ligue de la jeunesse du Parti communiste.