Karl Lagerfeld en 10 formules chocs

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 19/02/2019 à 17H39, publié le 19/02/2019 à 15H49
Karl lagerfeld, en 2015

Karl lagerfeld, en 2015

© GettyImages

Karl Lagerfeld, c'est aussi le sens de la formule, souvent choc parfois polémique. "J'aime bien les vacheries", reconnaissait le couturier connu pour son sens de la formule et son humour mais aussi son goût pour la provocation.

  • La mode
"Je suis une sorte de nymphomane de la mode qui n'atteint jamais l'orgasme" (en 1984, selon le livre "Beautiful People" d'Alicia Drake).

  • Son homosexualité
"Enfant, lorsque j'ai demandé à ma mère ce qu'était l'homosexualité, elle m'a répondu : C'est comme une couleur de cheveux. Ce n'est rien, ça ne pose pas de problème" (Paris Match, 2013).

  • Sa mère
"Toute ma vie, je l'ai entendue me dire: Tu me ressembles, mais en beaucoup moins bien" ("Le Monde selon Karl").

  • Ses lunettes de soleil
"C'est ma burqa. Une burqa pour les hommes. Je suis un peu myope, et les myopes, quand ils retirent leurs lunettes, ils ont un air de petit chiot mignon qui veut se faire adopter" (Vice, avril 2010).

  • Ses gants
"Je porte des mitaines depuis au moins quinze ans avant tout pour éviter d'avoir des taches sur les mains. Et aussi pour ne pas avoir à serrer des mains moites, comme des éponges. C'est hélas trop courant et dégueulasse" (magazine Vogue Paris, décembre 2016).

  • Ses canons de beauté
"J'ai autour de moi des gens jeunes et beaux. J'ai horreur de regarder la laideur" ("Le Monde selon Karl", Flammarion, 2013).

  • Les polémiques
"Personne n'a envie de voir des femmes rondes sur les podiums (...) Ce sont les grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision qui disent que les mannequins minces sont hideux" (magazine allemand Focus, 2009). Les propos avaient suscité une plainte d'une association de défense des personnes rondes.

  • Son autoportrait
"Je n'ai jamais bu, jamais fumé, jamais pris de drogue, pas parce que je suis contre, au contraire, moi j'admire les gens qui se détruisent" (documentaire "Un roi seul", 2008).

"Je suis un garçon de la campagne malgré les apparences, et j'ai passé mon enfance avec des vaches (...) Je collectionne les tableaux de vaches et j'aime bien les vacheries" (Sur Europe 1, février 2015).

"Je ne veux pas d'enterrement. Je trouve cela horrible. Je veux juste disparaître comme les animaux de la forêt vierge" (France 3, février 2015).

Retrouvez dans la vidéo "Karl Lagerfeld se dessine", d'autres petites phrases mémorables dont la dernière où il parle de la fin de sa vie :
Karl Lagerfeld dessine sa vie