Modigliani : l’expo événement à la Tate Modern de Londres

Nu, 1917.

Une centaine d’œuvres de l’artiste Amedeo Modigliani est actuellement exposée à la Tate Modern et ce jusqu’au 2 avril 2018. Il s’agit de la rétrospective la plus complète jamais organisée sur le sol britannique : des portraits, des nus et des sculptures… Découvrez la vie tourmentée de cet Italien amoureux de la France du début du XXe, ainsi que l’évolution de son œuvre qui a connu un succès tardif.

La Tate Modern de Londres propose une exposition inédite depuis fin novembre et ce jusqu’en avril 2018. C’est le moment de découvrir cette rétrospective. Elle vous plonge dans la vie d’Amedeo Modigliani, cet italien talentueux qui quitta son pays natal à l’âge de 21 ans pour s’installer à Paris. Amoureux de la France, il y passera toute sa vie, jusqu’à sa mort en 1920. La visite démarre par un autoportrait de lui en Pierrot (peint en 1915).

Dans la capitale française, Modigliani commence peu à peu à fréquenter les plus grands artistes de l’époque : Pablo Picasso, Paul Cézane, Juan Gris, pour ne citer qu’eux. Ses premiers portraits, aux visages géométriques et allongés, présentent des tons sombres, bleus puis rouges...

Jeanne Hebuterne, 1919. New York, Metropolitan Museum of Art

Jeanne Hebuterne, 1919. New York, Metropolitan Museum of Art

Portrait du psychologue francais Paul Guillaume, 1915. Paris, Orangerie

Cette exposition est aussi l’occasion de découvrir ses sculptures, moins connues du grand public. Pourtant, durant une brève période, l’artiste s’est consacré à la création de visages féminins sculptés dans la pierre, à l’image de cariatides grecques. Bien que doué, il abandonna rapidement cet art pour retourner au dessin et à la peinture.

m/key_92

Tête de femme, 1910

Une série de portraits de ses modèles de l’époque, souvent rencontrés à Montmartre, comme Juan Gris (peintre espagnol), Henri Laurens (sculpteur français) ou le poète Jean Cocteau, occupent la seconde partie de l’exposition. C’est ici que nous constatons l’évolution de son art : un nouveau style, des couleurs plus chaudes et plus de détails.

La partie de l’exposition la plus impressionnante est, sans doute, celle consacrée aux nus. Le musée a réussi le pari de rassembler une douzaine de tableaux de femmes en une seule et même exposition. On y retrouve, entre autre, sa muse Béatrice Hastings sous différents angles mais également la mère de son enfant et la femme de sa vie, Jeanne Hébuterne. Ces peintures étaient pourtant critiquées à l’époque. Lors de sa première et unique exposition réalisée de son vivant, les nus de l’artiste ont été censurés pour cause d’outrage à la pudeur. Aujourd’hui, cette série de nus est certainement la plus connue de toutes ses créations.

A la fin de l’exposition, le visiteur est invité à découvrir l’univers intime de Modigliani grâce à la réalité virtuelle. En quelques secondes, nous nous retrouvons dans l’atelier du peintre, dans le quartier parisien de Montparnasse : un retour dans le Paris du début du XXe siècle. Une expérience originale, à tester.

Amedeo Modigliani dans son studio à Paris

Amedeo Modigliani dans son studio à Paris

A travers cette rétrospective, les organisateurs ont réussi à plonger les visiteurs dans la vie d’Amedeo Modigliani, cet artiste si doué et si controversé de son vivant.

Récemment, un portrait de Jeanne Hébuterne au foulard a été vendu aux enchères plus de 50 millions d’euros. Elle arrive en deuxième position des peintures vendues à Londres depuis 5 ans. C'est un Picasso, "Femme assise", qui a battu le record, vendu 56,4 millions d'euros.

Jusqu'au 2 avril 2018

Tate Modern Gallery, Bankside - London SE1 9TG. Gratuit pour les membres, adultes £19.70, gratuit pour les moins de 12 ans, séniors £18.70

 

Marion Machu avec Loïc de La Mornais

Publié par Bureau de Londres / Catégories : Non classé