Siné brocarde sa leucémie dans "Siné Mensuel"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 30/10/2012 à 17H07
Le dessinateur Siné, avec le 1er numéro de "Siné hebdo", devenu depuis "Siné Mensuel"

Le dessinateur Siné, avec le 1er numéro de "Siné hebdo", devenu depuis "Siné Mensuel"

© MARTIN BUREAU / AFP

Le dessinateur Siné évoque avec ironie la leucémie qui le frappe et revient sur sa longue carrière et ses coups de gueule dans la dernière livraison de Siné Mensuel à paraître mercredi.

Siné signe en page trois un dessin cynique le montrant sur un lit d'hôpital, perfusé et sous oxygène. La mort lui lance "Tu viens chéri?" auquel répond le dessinateur, âgé de 83 ans, par un "plutôt crever!".

Dans son éditorial manuscrit, il écrit notamment: "Je me pose encore plein de questions au sujet de cette saloperie de cancer, déboulé il y environ un mois sans crier gare". Réaffirmant que selon lui, "Dieu est une invention du diable", il précise avoir écrit "depuis (sa) chambre stérile du département d'hématologie de l'hopital Avicenne" en banlieue parisienne.

"Je relativise, je trie, je ne garde que l'indispensable et me débarrasse du superflu", raconte Siné citant comme indispensables "copains, musique, littérature, films" et superflus "info, télé, radio, journaux hebdos, météo..."

Siné à l'oeuvre

Siné à l'oeuvre

© ROBERT FRANCOIS / AFP

Dans une longue interview recueillie "par la rédaction", il redit son souhait de voir "supprimer l'armée", souligne que Mai 68 était la période préférée de sa vie et revient sur l'importance de la musique dans son existence. Il raconte aussi avoir souffert d'avoir été attaqué pour antisémitisme, se déclarant "plutôt philosémite".

Après dix-sept années à Charlie Hebdo, Siné avait été remercié sans ménagement après avoir évoqué ironiquement une possible conversion au judaïsme du fils de Nicolas Sarkozy. Cette éviction avait profondément divisé le petit monde de la presse satirique et de ses lecteurs, suscité plusieurs procès et abouti à la création par Siné de son propre journal, d'abord hebdomadaire puis mensuel, avec d'autres collaborateurs dissidents de "Charlie".

Dans cette interview, Siné revient aussi sur son engagement, considérant que "l'anarchisme est le stade le plus évolué d'une société". En page deux du mensuel à paraître, une douzaine de dessins à l'humour ravageur rendent un hommage à Siné en ironisant sur le thème de la leucémie.