Livre Paris : le "Young Adult", nouvelle locomotive des éditeurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 19/03/2018 à 12H56, publié le 19/03/2018 à 12H03
Le genre "Young Adult" représente désormais 40% des ventes de littérature jeunesse en France

Le genre "Young Adult" représente désormais 40% des ventes de littérature jeunesse en France

© Patrick Kovarik / AFP

Pour les éditeurs, c'est le genre littéraire qui pourrait sauver un marché du livre en pleine déprime. Le "Young Adult", ces romans destinés aux 15/25 ans cartonnent en librairie et ont droit, pour la première fois, à une scène spécifique au Salon Livre Paris.

Reportage : M. Weber / D. Dahan / P. Crapoulet / F. Lons / M. Marini
Une cyborg (être greffé) bataillant dans un Pékin futuriste, une adolescente déjouant un complot intergalactique, une jeune femme découvrant son rôle clé dans une lutte entre forces démoniaques... Voici quelques-uns des thèmes de ces ouvrages qui attirent de nouveaux lecteurs et en particulier des lectrices en quête d'héroïnes au caractère bien trempé.

En file indienne devant le stand bleu électrique de la maison d'édition Pocket Jeunesse, une vingtaine de jeunes femmes s'impatientent, souriantes et intimidées. L'une de leurs auteurs préférés, Marissa Meyer est venue des Etats-Unis pour une séance de dédicace de "Cinder" (2013), roman inspiré du conte de Cendrillon se déroulant dans un Pékin futuriste, où la jeune Linh, cyborg et mécanicienne, fait la rencontre d'un prince qui l'entraîne dans une lutte pour sauver le monde. En moins de deux heures, l'écrivaine américaine a déjà signé plus de deux cents livres. "Cinder", premier tome de la série "Chroniques Lunaires", a rencontré un succès planétaire et s'inscrit dans la veine de romans tels que "Hunger Games" (2009) de Suzanne Collins, également publié en France chez Pocket Jeunesse, vendu à plus de trois millions d'exemplaires et adapté au cinéma.  

2e en termes de ventes après la littérature générale 

Ce genre représente désormais en France, 40% du marché du livre jeunesse, ce qui en fait le secteur le plus dynamique (avec la BD) du monde de l'édition. Avec le "Young Adult" "il s'agit de conquérir de jeunes lecteurs", reconnaissait récemment le président du Syndicat national de l'édition (SNE), Vincent Montagne. C'est le genre favori d'Amandine Boussard, 21 ans, éducatrice de jeunes enfants. "J'ai commencé à vraiment beaucoup lire avec les "Twilight" de Stephenie Meyer et je n'ai jamais cessé depuis", se souvient-elle. Depuis les aventures de la jeune Bella, tombée amoureuse d'un vampire, Amandine Boussard a rempli ses trois bibliothèques de romans similaires.
 
Cheveux teints en roux, collier ras du cou, trois livres épais sous le bras, la jeune femme s'est fait un nom dans la communauté du roman jeunes adultes grâce à son blog "Un livre à la main", lancé en 2015. La blogueuse, qui vit en région parisienne, garde de mauvais souvenirs de la plupart de ses cours de français consacrés à la littérature classique, surtout "les auteurs de poésie comme Baudelaire", mais aussi Zola. "Trop dense", pas assez actuelle. Elle trouve "compliqué de se plonger" dans ce type d'œuvres.

Pas des princesses

Amandine Boussard compte parmi ses coups de cœur "Illuminae" (2015) d'Amy Kaufman et Jay Kristoff, qui raconte comment Kady, accompagnée de son ex-petit ami Ezra, perce les secrets d'une intelligence artificielle et déjoue un complot interstellaire, et "The Mortal Instruments" (2013) de Cassandra Clare, roman dans lequel Clary découvre son rôle clé dans la résolution d'une guerre entre des forces démoniaques en voulant élucider l'enlèvement de sa mère. Un mélange des genres --romance, policier, science-fiction-- qui fait partie intégrante de cette littérature, où une grande "liberté" est laissée à l'auteur, associée à un "rythme soutenu" des péripéties qui fait penser à celui des séries, commente Xavier d'Almeida, directeur de collection chez Pocket Jeunesse.
 
Mais la littérature jeunes adultes, qui séduit à 80% un lectorat féminin, se distingue surtout par une "identification immédiate avec le personnage principal" poursuit-il. Les héroïnes de ces romans "ne sont pas des princesses qui attendent le prince charmant: elles prennent leur destin en main et n'attendent pas un homme pour résoudre leurs problèmes". "Avec ce qui se passe dans le monde comme les attentats ou la lutte pour les droits des femmes, avoir des personnages féminins qui se battent pour ce en quoi elles croient, c'est vraiment important", renchérit Amandine Boussard.