#payetonauteur : tous les auteurs seront finalement payés au Salon Livre Paris

Mis à jour le 08/03/2018 à 11H16, publié le 07/03/2018 à 14H10
Le salon Livre Paris en 2016

Le salon Livre Paris en 2016

© Onur Usta / ANADOLU AGEN

Fin du feuilleton. Le salon Livre Paris a annoncé via Twitter et un communiqué de presse son intention de "rémunérer tous les auteurs, quel que soit le format de leurs interventions". Cette annonce met fin à un bras de fer entre les auteurs et les organisateurs du salon, qui durait depuis quelques jours via les réseaux sociaux, sous le hashtag #payetonauteur.

Le feuilleton s'achève comme il a commencé, via les réseaux sociaux avec un tweet du Salon Livre Paris pour annoncer que tous les auteurs intervenant sur le salon seront bien rémunérés.

Une décision, précise le communiqué du salon Livre Paris publié sur leur site, qui entend "lever toute ambiguïté sur la rémunération des auteurs". Le Syndicat national de l’édition (SNE) et Reed Expositions France ont donc décidé, à compter de l’édition 2018 de Livre Paris, "de rémunérer tous les auteurs, quel que soit le format de leurs interventions". La mesure exclut les séances de dédicaces. 

"C'est merveilleux, tous les auteurs vont être payés"

Cette annonce réjouit les représentants des auteurs. "C'est merveilleux, tous les auteurs vont être payés", se félicite Samantha Bailly, présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, "mais pourquoi il a fallu en passer par ce bras de fer ? La manière dont les choses se sont déroulées en dit long sur le monde de l'édition", ajoute-t-elle.

"Ces derniers jours ont mis sur la place publique la violence des rapports entre les auteurs et les éditeurs et ont montré que cette relation est en fait un rapport de force comme dans n'importe quel secteur"

Samantha Bailly, présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse
Elle aurait aimé que les choses se déroulent de manière plus urbaine. "On demandait seulement une rencontre et un accord sur cette question, et cela s'est réglé à coup de tweeets et de communiqués. Le résultat et positif, mais la manière de faire mérite qu'on réfléchisse !", conclut-elle.

Le feuilleton a commencé il y a quelques jours quand certains auteurs se sont vus refuser une rémunération pour les interventions pour lesquelles ils avaient été sollicités par les organisateurs du salon. La charte des auteurs illustrateurs et le Snac BD avaient alors réagi sur les réseaux pour demander une rencontre afin de trouver un accord sur cette question de la rémunération. Le salon avançait l'argument selon lequel les interventions des auteurs leur offrent une visibilité et relèvent de la promotion. Argument sur lequel de nombreux auteurs ont rebondi sur les réseaux sur le ton de l'humour. 

Invitée mercredi matin dans la matinale de France Inter, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a jugé que que "quand on leur demande de faire des prestations, il me paraît légitime qu'ils soient rémunérés".