Réactions et hommages à l'annonce de la mort de l'Immortel Jean d'Ormesson

Par @LaurenceHouot Journaliste, responsable de la rubrique Livres de Culturebox
Mis à jour le 05/12/2017 à 19H22, publié le 05/12/2017 à 10H01
Jean d'Ormesson (février 2006)

Jean d'Ormesson (février 2006)

© Olivier Laban-Mattei / AFP

Le romancier et académicien Jean d'Ormesson a disparu cette nuit à l'âge de 92 ans. Emmanuel Macron a salué "un prince des lettres". "Il nous laisse de merveilleux livres", a déclaré sa fille en annonçant sa mort.

Héloïse d'Ormesson, sa fille, éditrice
"Il a toujours dit qu'il partirait sans avoir tout dit et c'est aujourd'hui. Il nous laisse de merveilleux livres", a déclaré sa fille Héloïse d'Ormesson, qui a annoncé sa mort ce matin.

Emmanuel Macron
"Il était le meilleur de l'esprit français, un mélange unique d'intelligence, d'élégance et de malice, un prince des lettres sachant ne jamais se prendre au sérieux", écrit le chef de l'Etat sur Twitter. "L'oeil, le sourire, les mots de Jean d'Ormesson nous manquent déjà", ajoute-t-il.

Maxime Chatam, écrivain

"Il semblait pourtant éternel... Adieu M. d'Ormesson. Heureusement, les livres restent. Ils seront vos fantômes, joyeux et enivrants".


Françoise Nyssen, ministre de la culture
La ministre de la culture, a salué "un amoureux de la littérature".

Jean-Luc Mélenchon
"
Nous n'étions pas d'accord mais c'était un plaisir. Jean d'Ormesson est passé à autre chose. On va s'ennuyer", écrit Jean-Luc Mélenchon sur son compte twitter.

Raphaël Enthoven, écrivain
"D'Ormesson dont (de son propre aveu) la terreur était que François Hollande fît son hommage funéraire... Cet homme aura tout réussi".
Jacques Attali, écrivain
"Un gentil-homme : Jean d’Ormesson était la quintessence de l’esprit positif, bienveillant, cultivé, curieux, confiant en l’avenir."


Jack Lang, ex-ministre de la Culture (sur RTL)
"Je suis abasourdi. Hier soir avec quelques amis nous parlions encore de lui comme l'une des personnes qui, malgré l'âge, restait vif, élégant, combatif, continuait à écrire, à être. Indépendamment de son oeuvre littéraire ou de ses combats journalistiques, il est un exemple pour nous tous. Il était un gourmand de la vie. Il en parlait avec des mots toujours savoureux, sensuels, merveilleusement choisis. Quand on le rencontrait ou quand on l'entendait ou le lisait, on était toujours tonifié, on se sentait plus optimiste qu'avant de l'avoir rencontré. Jean d'Ormesson était la juvénilité même et chaque chose, l'art, la politique, la vie le portait vers l'enthousiasme. Il avait une révolte de jeune homme."

Frédéric Mitterrand, ancien ministre de la Culture (sur BFMTV)
"C'est un pan de la littérature française qui disparaît. Il a fait pour la lecture en France un travail fantastique. Il l'a rendue proche. Il donnait envie de lire même à des gens qui ne lisaient pas. C'est un magnifique héritage qu'il nous laisse. C'est une très grande perte".

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale
"Avec Jean d'Ormesson, nous perdons un amoureux de la langue française et un amoureux de la vie."


Gérard Larcher, président du Sénat (sur CNews)
"Il nous a apporté beaucoup de bonheur, beaucoup de références à des valeurs. Et moi j'ai un souvenir personnel, avec lui, c'est le combat qu'on a mené ensemble pour les chrétiens en Orient et notamment pendant la guerre civile libanaise. Avec d'autres aussi, mais lui en quelque sorte avait réveillé nos consciences. C'était un homme engagé, à sa manière."

Marc Feuillée, directeur général du Figaro
"C'est une nouvelle très triste et très importante. Il a été un grand directeur du Figaro et l'est resté d'ailleurs dans l'esprit de nombreux lecteurs. Il a symbolisé une plume et un talent de journaliste parfois féroce, mais avec beaucoup d'humour."

François Busnel, journaliste 
"Il est sans doute l'écrivain que j'ai le plus reçu dans 'La Grande Librairie' (sur France 5), douze fois je crois. C'était un écrivain très important qui laisse une oeuvre à deux faces. D'une part, il y célébrait l'amitié, l'amour, la paresse, l'enthousiasme, le bonheur. De l'autre, la célébration du mythe de la connaissance, les étoiles, l'univers. Et les deux versants se rejoignent dans cette interrogation qu'il se posait sans cesse : 'Bon sang, qu'est-ce je fais là ?' Et toujours avec beaucoup d'humour. Il est aussi le seul écrivain de la deuxième moitié du XXe siècle à être devenu 'une marque', comme il le disait lui-même. Très engagé, il incarnait une sorte de résistance à l'esprit de l'époque."

Tatiana de Rosnay, auteure
"Son mot préféré : "épatant" ! Déclamé avec fougue, enthousiasme, et ce sourire malicieux qui illuminait son visage, ses yeux. Adieu Jean."

Julien Doré, musicien
Pour ce grand fan de l'Académicien dont il a le nom tatoué sur un bras, "il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. Bonjour tristesse, adieu Jean."


Bernard-HenrI Lévy
"Je me souviens qu'à l'occasion de la remise à Jean d'Ormesson du Prix Scopus de l'Université Hébraïque de Jérusalem (avril 2013, ndlr), je lui avais souhaité de vivre 120 ans. C'est ainsi que les maîtres du Talmud se félicitent, entre eux, d'une belle et riche vie qui ne mérite que de continuer d'être. Et s'il n'était pas un maître du Talmud, à le regarder, c'était ce grand seigneur-là que je voyais et auquel je veux rendre hommage - ce grand Rebbe dont la vie, qu'il nous montre, est, en effet, un très grand et très noble ouvrage."
 
France Télévisions rend hommage à Jean d'Ormesson
Sur France 2, Bernard Pivot est mardi soir l'invité du JT de 20h de Anne-Sophie Lapix pour évoquer la mémoire de l'écrivain disparu. A 22h 55, une édition spéciale est consacrée à Jean d'Ormesson avec la rediffusion d'entretiens avec Catherine Ceylac.
Sur France 3, la soirée de jeudi est consacrée à l'académicien avec la diffusion à 20h50 du film "Les saveurs du palais" dans lequel il jouait le rôle du président de la République. Le film est suivi par le Divan de Marc-Olivier Fogiel auquel l'écrivain avait participé début 2016.
Sur France 5, Un numero spécial de "Entrée Libre" présenté par Claire Chazal est prévu mardi à 20h15. La rediffusion de l'émission "Empreintes" poursuit la soirée à 22h20 avec "Jean d'Ormesson, la vie ne suffit pas". Jeudi, dès 20h50, François Busnel saluera le souvenir de l'académicien dans "La Grande Librairie Spéciale".