"Pourquoi pas ?" : le rire, les larmes, tout le talent de David Nicholls

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 04/07/2012 à 16H07
David Nicholls

David Nicholls

© DR

Vous avez aimé "Un jour", toujours en bonne place dans la liste des best-sellers ? Bonne nouvelle, quelques heures d'une excellente lecture s'annoncent à vous. David Nicholls vient de publier "Pourquoi pas ?". Un joli roman dans lequel toutes ses qualités - l'humour, la sensibilité, l'autodérision, des dialogues millimétrés - s'expriment de nouveau !

43 chapitres. Tous débutent avec une question. Le 19, au hasard ? "Si une brûlure épidermique est dite du premier degré, comment appelle-t-on celle qui affecte le tissu sous-cutané ? Réponse : une brûlure au troisième degré." 

Ces questions, on le découvre assez vite, vont dans le sens de l'histoire : Brian Jackson est, depuis tout petit, un expert du quizz. Pas n'importe lequel, celui d'University Challenge, un jeu télévisé dans lequel s'affrontent des équipes d'étudiants anglais, et auquel il rêve de participer.

Brian vient de débarquer à Bristol pour étudier la littérature. University Challenge est l'un de ses objectifs. Les autres ? Dans le désordre : découvrir l'amour, boire, soigne son acné, boire, se faire des amis, boire, et se construire un personnage populaire, respectueux des codes des années 80, politiquement correct. Et boire, aussi. 

Regard piquant

Avec ces ingrédients, un écrivain moyen pourrait produire quelques centaines de pages d'un roman de gare. Nicholls, lui, réussit à placer la barre beaucoup plus haut. Son Brian n'est pas un héros. Timide, emprunté, il fait le plus souvent le mauvais choix, s'embarquant dans des situations pour le moins gênantes. Mais il est sympathique et touchant. Pas encore tout à fait sorti de l'adolescence, sans le sou, il découvre un monde qui l'attire autant qu'il le révulse. L'Angleterre des bonnes familles, ses cottages et son riz complet bio. Loin, si loin, de sa famille et de ses potes prolos. 

Tout va mal ? Pas grave, les échecs du jeune Jackson ont beau s'accumuler, l'autodérision le sauve, tout comme ce regard piquant sur ce monde qui s'agite autour de lui. On l'aime vraiment bien, ce gamin, et on encaisse les coups avec lui. On savoure aussi ses petites et grandes victoires. 

Dans cette ambiance très eighties - on s'attend à croiser les personnages de Nick Hornby ou les universitaires névrosés de David Lodge - on quitte Brian Jackson à regret. On passerait volontiers quelques années scolaires de plus avec lui. 

 

"Pourquoi pas ?" de David Nicholls (Belfond) - 480 pages - 22,00 euros