Mahir Guven en lice pour le prix Médicis avec "Grand Frère", l'histoire une fratrie franco-syrienne déchirée

Mis à jour le 24/10/2017 à 16H18, publié le 24/10/2017 à 15H45
Mahir Guven invité sur le plateau du journal de France 3 pour "Grand frère" paru aux éditions Philippe Rey

Mahir Guven invité sur le plateau du journal de France 3 pour "Grand frère" paru aux éditions Philippe Rey

© France 3 / Culturebox

Le 9 novembre prochain, le jury du prix Médicis dévoilera le lauréat de l'année 2017. Parmi les écrivains en lice, Mahir Guven auteur de son premier roman "Grand Frère" (éditions Philippe Rey). L'ouvrage plonge au cœur d’une fratrie franco-syrienne déchirée. Invité du Grand Soir 3, le journaliste revient sur cette histoire si proche de la réalité.

"Grand frère", le roman du Nantais Mahir Guven, fait partie de la sélection du prix Médicis qui rendra son verdict le 9 novembre prochain. Invité du journal de France 3, Mahir Guven qui dirige par ailleurs l’hebdomadaire "Le 1", raconte la genèse de ce premier roman percutant. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_1106301@Culture


"Grand Frère" est un récit croisé entre deux frères franco-syriens dont le premier est chauffeur de VTC et le second infirmier qui décide de partir en Syrie auprès d'une organisation humanitaire musulmane qui s'avère être proche d'un réseau terroriste. Si l'ainé a voulu s'intégrer à tout prix dans la société française, le cadet entend se consacrer à sauver le monde. "Il ne part pas avec l'intention de tuer mais par passion, pour aider les gens", souligne Mahir Guven. A son retour le grand frère est pris dans un conflit de loyauté. C'est à cet instant que l'intrigue débute et laisse le lecteur en suspens jusqu'à la fin. 

Dans ce premier ouvrage, Mahir Guven parle de son vécu. De mère turque et de père kurde, réfugiés en France, il est né sans nationalité en 1986 à Nantes. Il grandit entre la ville et les vignes auprès de sa grand-mère, puis il part s'installer en région parisienne. 

Comment construire ma vie quand il me manque quelques vertèbres

"Grand Frère" de Mahir Guven
Le livre de Mahir Guven est construit au travers de la parole des deux personnages, l’une après l’autre, alternant réponses, souvenirs et espoirs.

Extrait de "Grand Frère"
"La vie ? J’ai appris à la tutoyer en m’approchant de la mort. Je flirte avec l’une, en pensant à l’autre. Tout le temps, depuis que l’autre chien, mon sang, ma chair, mon frère, est parti loin, là-bas, sur la terre des fous et des cinglés. Là où pour une cigarette grillée, on te sabre la tête. En Terre Sainte. Dans le monde des gens normaux, on dit "en Syrie", avec une voix étouffée et le regard grave, comme si on parlait de l’enfer. Le départ du petit frère, ça a démoli le daron."
Couverture De Grand Frère Mahir Guven © Editions Philippe Rey

"Grand Frère" de Mahir Guven aux éditions Philippe Rey 272 Pages - 20 €

Grand frère est chauffeur de VTC. Enfermé onze heures par jour dans sa « carlingue », branché en permanence sur la radio, il rumine sur sa vie et le monde qui s’offre à lui de l’autre côté du pare-brise. Petit frère est parti par idéalisme en Syrie depuis de nombreux mois. Engagé comme infirmier par une organisation humanitaire musulmane, il ne donne plus aucune nouvelle. Ce silence ronge son père et son frère, suspendus à la question restée sans réponse : pourquoi est-il parti ? Un soir, l’interphone sonne. Petit frère est de retour. Dans ce premier roman incisif, Mahir Guven alterne un humour imagé et une gravité qu’impose la question du terrorisme. Il explore un monde de travailleurs uberisés, de chauffeurs écrasés de solitude, luttant pour survivre, mais décrit aussi l’univers de ceux qui sont partis faire le djihad en Syrie : l’embrigadement, les combats, leur retour impossible en France… Émerge ainsi l’histoire poignante d’une famille franco-syrienne, dont le père et les deux fils tentent de s’insérer dans une société qui ne leur offre pas beaucoup de chances.