"Les mots retrouvés" à Vitry-sur-Seine, 90.000 habitants, privée de librairie généraliste depuis 3 ans

Mis à jour le 18/09/2018 à 09H18, publié le 18/09/2018 à 09H07
Isabelle Léger devant sa librairie, "Les mots retrouvés"

Isabelle Léger devant sa librairie, "Les mots retrouvés"

© Laurence Houot / Culturebox

Vitry-sur-Seine, banlieue parisienne, plus de 90.000 habitants, n'avait plus une seule librairie généraliste depuis plusieurs années. Isabelle Léger, jeune libraire parisienne de 33 ans, n'a pas eu peur de se lancer de l'autre côté du périphérique. Rencontre.

Pimpante, habillée de turquoise, la nouvelle librairie "Les mots retrouvés" a ouvert ses portes cet été, pour la plus grande joie des Vitriots. Et ils ont de quoi. Vitry-sur-Seine, grosse commune du Val de Marne en banlieue parisienne, qui compte près de 90.000 habitants, n'avait plus une seule librairie généraliste depuis trois ans. Et pourtant, en 2013, la ville avait vu arriver une librairie spécialisée BD, un défi relevé haut la main par un jeune passionné de bandes dessinées, qui a fait de sa librairie un véritable lieu social et convivial.

Les deux dernières librairies généralistes de la ville avaient depuis fermé leurs portes coup sur coup. La librairie Lenfant, d'abord, en 2014, librairie historique dans laquelle les vitriots avaient leurs habitudes depuis 1962, date de sa création. "Je venais le samedi matin, jour de marché, je faisais mes petites emplettes, et je passais mes commandes, et je récupérais mes livres le samedi suivant", explique un vieux vitriot ravi de retrouver une librairie dans son quartier.

Puis ce fut le tour de la librairie papeterie Plein ciel, installée au centre-ville depuis plus de 80 ans, de fermer ses portes, faute de repreneur. Depuis, plus rien. Il fallait passer le périphérique, ou se rendre dans les communes voisines, pour trouver une librairie généraliste.

Reportage Laurence Houot / Culturebox

Ville de banlieue recherche libraire

Prête à tout pour trouver son libraire, la commune n'a pas hésité à passer une petite annonce dans un site spécialisé. Isabelle Léger, 33 ans, libraire depuis 10 ans à Paris, n'a pas hésité à passer le périphérique pour réaliser son rêve : ouvrir sa propre librairie. "C'était ici qu'il fallait être, c'était évident", confie-t-elle. "Il y avait une vraie attente des habitants, et la mairie, qui recherchait activement un libraire, nous a bien soutenus", explique Isabelle Léger.

La mairie, propriétaire des locaux, lui propose alors un "petit loyer" pour démarrer. "C'est une aide précieuse, car le loyer est une des charges qui pèse le plus lourdement sur les librairies. Là c'est un loyer qui tient compte du chiffre d'affaires, et qui évoluera en même temps que l'activité de la librairie", explique Isabelle Léger, qui travaille pour le moment avec une jeune libraire en contrat à durée déterminée, un autre rejoindra prochainement l'équipe.

Les mots retrouvés

"Les mots retrouvés", c'est le nom que les vitriots ont choisi pour leur nouvelle librairie. "On a voulu faire participer les habitants. On leur a proposé plusieurs possibilités et ils ont choisi "Les mots retrouvés". C'était le nom que j'espérais voir apparaître parce que c'est un clin d'œil. Les mots reviennent enfin à Vitry !", sourit la jeune libraire. La librairie espère pour son inauguration officielle la venue de sa marraine, Cécile Ladjali et de son parrain, le Prix Goncourt 2012 Jérôme Ferrari, qui publie en cette rentrée littéraire "A son image" (Actes Sud).

Isabelle Léger souhaite faire de sa nouvelle librairie, installée dans cette ville populaire, un lieu ouvert à tous "On ne veut pas faire d'élitisme, on ne veut écarter personne, tout le monde a sa place en librairie, tout le monde doit pouvoir trouver ce qu'il aime lire", conclut la jeune libraire.