"Les 120 journées de Sodome" de Sade: le livre autorisé en Corée du Sud

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 15/10/2012 à 09H04
Gravure de l'écrivain Le Marquis de Sade (à gauche)

Gravure de l'écrivain Le Marquis de Sade (à gauche)

© Sipa

La Corée du Sud a autorisé la vente du roman érotique de l'écrivain français libertin du 18e siècle, le marquis de Sade, revenant sur son interdiction pour cause d'"obscénité extrême", a-t-on appris lundi.

La commission éthique de publication coréenne, une agence gouvernementale, s'est rangée à l'avis de la maison d'édition Dongsuh Press, qui estimait que le livre était doté d'une grande valeur littéraire, a indiqué un membre de la commission. "Les auditeurs de la commission, après avoir étudié les documents remis par la maison d'édition, ont conclu que le livre avait été écrit pour plonger dans le côté sombre de l'âme humaine et non pour simplement provoquer une excitation liée aux sexe ou à la violence", a ajouté Jang Tag-Hwan.

En septembre, la commission avait ordonné à la maison d'édition de rappeler et de détruire toutes les copies de cette oeuvre, un mois après sa publication en Corée du Sud. L'agence qualifiait cet ouvrage d'"extrêmement obscène et cruel", et citait des actes de sadisme, d'inceste, de nécrophilie et d'actes sexuels avec des mineurs.

Dongsuh Press avait fait appel de cette décision, estimant qu'il s'agissait d'"une dictature culturelle" et rappelant que le livre était disponible dans de nombreux pays, dont les Etats-Unis, la France, le Japon ou la Grande-Bretagne. Désormais autorisé à la vente, ce livre est toujours qualifié de "publication nocive pour les mineurs" et ne peut être vendu qu'à des personnes de 19 ans et plus, sous sachet plastique scellé, a précisé le membre de la commission.

"Les 120 journées de Sodome ou l'Ecole du libertinage", écrit par Sade en 1785 à la Bastille où il est emprisonné, décrit la débauche de quatre riches libertins, qui violent, torturent et tuent leurs victimes, très jeunes pour la plupart.