Le prix Quai des Orfèvres remis à Paul Merault pour "Le cercle des impunis"

Mis à jour le 06/11/2018 à 16H57, publié le 06/11/2018 à 16H56
Les ex-locaux de la police judiciaire parisienne, 36, Quai des Orfèvres

Les ex-locaux de la police judiciaire parisienne, 36, Quai des Orfèvres

© THOMAS SAMSON / AFP

Paul Merault a reçu mardi le prix du quai des Orfèvres, qui récompense un roman policier, pour son premier roman "Le cercle des impunis" (Fayard). Commandant divisionnaire de police, Paul Merault, 57 ans, est affecté dans les quartiers sensibles de Toulouse. Il dirige la police de la division Mirail, qui regroupe les principaux quartiers sensibles de l'agglomération.

Christian Sainte, le directeur de la police judiciaire parisienne, a reconnu dans son roman "une intrigue criminelle captivante".

Enquête géographique

Dans "Le Cercle des impunis", Paul Merault met en scène un policier du "36" muté à Marseille qui doit faire équipe avec une policière britannique pour élucider des meurtres reliés par une étrange inscription sur la langue des victimes. Il fait voyager le lecteur entre un meurtre sordide à Londres et un autre à Marseille, mais aussi temporellement avec une plongée dans l'histoire d'un village du Lubéron au XVIe siècle.

"C'est un honneur", a déclaré à l'AFP Paul Merault, qui éprouve "d'autant plus de plaisir que des pairs sont membres du jury". Outre l'intrigue policière, ce roman "était aussi l'occasion de passer certains messages et notamment sur la dangerosité du radicalisme religieux quel qu'il soit", a-t-il expliqué.

Le prix du Quai des Orfèvres a été remis pour la deuxième année dans les nouveaux locaux de la police judiciaire parisienne, dans le XVIIe arrondissement de Paris, en présence de Nathalie Baye, marraine de l'édition 2019 qui a été récompensée de deux Césars de meilleure actrice dans des films policiers ("La balance" et "Le petit lieutenant").

Un jury de professionnels de la police

Créé en 1946, le prix du Quai des Orfèvres, qui récompense chaque année un roman policier, est décerné par un jury composé de 22 policiers, magistrats et journalistes.

Il se prononce sur une sélection de manuscrits anonymes en ne considérant que l'intérêt du texte soumis à leur appréciation, dans le respect des procédures et des vraisemblances policières, scientifiques ou judiciaires.