Grégoire Delacourt, itinéraire d'un publicitaire devenu romancier à succès

Par @Culturebox
Mis à jour le 24/12/2012 à 18H03, publié le 24/12/2012 à 17H52
Grégoire Delacourt prépare déjà un nouveau roman qui devrait sortir début 2013

Grégoire Delacourt prépare déjà un nouveau roman qui devrait sortir début 2013

© C. Delfino

Parmi les succès littéraires de l’année 2012, le roman de Grégoire Delacourt, « La liste de mes envies », figure en très bonne place. Sorti en février, il s’est vendu à plus de 420 000 exemplaires. Entre Paris et Arras, rencontre avec un auteur heureux qui n’a pas écrit son dernier mot.

https://videos.francetv.fr/video/NI_142743@Culture

Personne n’attendait un tel succès pour cette « Liste de mes envies » qui est le deuxième opus de Grégoire Delacourt. Le premier, paru en 2011 chez Lattès, s’intitulait « L’écrivain de famille » et avait connu un succès d’estime (11 000 exemplaires et cinq récompenses). Mais cette fois l’histoire de cette mercière d’Arras qui gagne à la loterie a remporté tous les suffrages.

Un succès qui s’est dessiné dès l’automne dernier à la Foire du livre de Francfort. Le roman de Delacourt se vend alors dans douze pays dont la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Avant même sa parution, les droits cinématographiques ont été vendus , ce qui n’était jamais arrivé depuis « Et si c’était vrai » de Marc Lévy. Le roman va même devenir une pièce de théâtre en janvier prochain à Paris.
Grégoie Delacourt, invité de La Grande Librairie, le 29 mars 2012
Une belle réussite pour Grégoire Delacourt qui n’en manquait pourtant pas dans son premier métier, celui de publicitaire. Pour info, c’est lui qui a inventé les formules «  Nous vous devons plus que la lumière » pour EDF ou encore « Vous n’aviez jamais mangé de camembert » pour Cœur de Lion. Pourtant, rien ne le destinait à faire carrière dans cet univers impitoyable. Le père de ce natif de Valenciennes était marchand de tissus. Pour résumer la suite de son parcours : pension à 10 ans (à sa demande), bac littéraire de justesse, études de droit vite abandonnées, puis découverte un peu par hasard du monde de la pub.

Pourquoi est-il venu à l’écriture ? Grégoire Delacourt a vécu dans une famille où les parents se sont déchirés avant de divorcer. Une souffrance qui est évoquée de manière indirecte dans « La liste de mes envies ». Rien d’étonnant alors à ce qu’il confesse : «  J’écris parce que ça répare, parce que ça recoud ». Il  y a fort à parier que sous sa plume, de belles histoires  vont encore se tisser.

"La liste de mes envies" de Grégoire Delacourt (JC Lattès) – 220 pages - 16 euros 

et au théâtre :


"La liste de mes envies " montée par Anne Bouvier avec Mickaël Chinirian - du 23 février au 30 mars 2013 au Ciné 13 Théâtre - 1, avenue Junot - Paris 18ème