Guillaume Musso collectionneur de best-sellers : "Je suis très content de partir en vacances avec les Français"

Par @Culturebox
Publié le 12/06/2018 à 17H02
Guillaume Musso sur le plateau du Soir 3.

Guillaume Musso sur le plateau du Soir 3.

© France 3 / Culturebox

Guillaume Musso était l’invité du Soir 3 ce lundi 11 juin. L’écrivain est venu parler de son dernier roman "La jeune fille et la nuit" (Calmann-Lévy) en tête des ventes quelques semaines seulement après sa sortie. Une popularité dont certains parlent comme d’une tare, mais le romancier assume complètement.

Un roman personnel mais pas autobiographique. Guillaume Musso tient à la nuance. Certes son dernier roman "La jeune fille et la nuit" se déroule à Antibes où il est né et où il a grandi, certes son narrateur est écrivain, mais la ressemblance s’arrête là. "Je voulais écrire un polar sans policier, une enquête à travers les yeux d’un romancier". La Côte d’Azur dans les années 90. Trois anciens élèves d’un lycée antibois viennent assister au cinquantenaire de l’établissement. Cérémonie durant laquelle est annoncée la construction d’un nouveau bâtiment en lieu et place de l’ancien gymnase. Problème : les trois protagonistes y ont caché un corps. L’intrigue pourrait s’arrêter là, mais en roi du suspense, Guillaume Musso a concocté quelques surprises à ses lecteurs.
"La jeune fille et la nuit", le dernier best-seller de Guillaume Musso.

"La jeune fille et la nuit", le dernier best-seller de Guillaume Musso.

© Calmann-Lévy
En seize romans depuis 2001, l’auteur est devenu l’un des écrivains français les plus lus au monde. Traduit en 40 langues, il a déjà vendu 32 millions de livres ! Une popularité que certains lui reprochent, le qualifiant d’écrivain de gare. Mais Guillaume Musso ne le prend pas mal. Au contraire : "je suis fier quand on me dit, j’ai lu ton livre dans un avion ou sur la plage, ou dans un train. Je suis très content de partir chaque été en vacances avec les Français". Un enthousiasme, une envie d’écrire intacts. "Aujourd’hui j’ai exactement le même état d’esprit que lorsque j'écrivais mon premier roman et que je ne savais pas si j'allais être publié ou pas." Et de citer l'un de ses écrivains préférés, Stephen King : "quand vous commencez un nouveau roman, même si vous en avez écrit quinze avant, vous êtes pieds nus devant l'Himalaya à escalader."